Nous avons vu la semaine dernière deux pistes pour prendre du recul vis à vis d’une situation que nous percevons comme porteuse d’un problème ou, disons-le plus positivement, d’une difficulté. Nous allons voir aujourd’hui deux autres possibilités pour placer ladite situation en perspective et voir les choses un peu différemment. A propos, que voyez-vous dans l’image ci-contre illustrant le billet de la semaine?

Le zoom avant

Après avoir fait un zoom arrière, voyons comment un zoom avant peut aussi aider à dépasser une difficulté. Ici, le zoom avant consiste à décortiquer le contenu d’une situation problématique de manière à n’en percevoir qu’un élément infime sur lequel il nous parait extrêmement facile d’agir.

Alors, OK, faire un zoom avant pour prendre du recul peut sembler paradoxal; et en même temps qui a dit que les paradoxes ne sont pas sources de changement quand ils sont employés à bon escient?

L’exemple le plus classique est celui de la personne qui vient en coaching avec une quantité astronomique de demandes liées à autant de problématiques perçues. Après avoir escalader l’Everest de ses difficultés, l’idée est simplement de lui demander… par quoi elle veut commencer. De la contemplation angoissée d’une montagne, nous avons zoomé sur le caillou qui semble être le plus gênant pour elle à ce jour.

Et il est toujours plus facile de déplacer un caillou, qu’une montagne…(enfin il paraît)

De l’autre côté du miroir

Dans ce type de prise de recul, il s’agit ici de changer le sens de la situation qui pose problème de façon à la percevoir sous un nouvel angle de vue. L’idéal étant de renverser à 180° le sens donné à cette difficulté pour en faire une opportunité ou un avantage.

Pas forcément évident mais terriblement efficace.

Quand on regarde d’un peu plus près (zoom avant), ce n’est pas tant le problème qui pose problème, c’est la signification que nous lui attribuons. Changer le sens d’une situation revient à en changer sa perception.

Vous aimerez aussi...
Le début...

Pour imager mes propos, j’aime prendre l’exemple d’un cercle dont le centre est la situation vécue par une personne se situant elle-même sur le cercle. A l’angle 0° correspond la difficulté perçue comme au maximum de son intensité. Et bien il me semble qu’il reste encore 360 possibilités d’en faire le tour pour trouver une solution à ce problème.

Nous devrions trouver notre bonheur là-dedans non?

Comme je le disais plus haut, lorsque nous arrivons proche de l’angle des 180°, la situation est perçue de manière radicalement différente par rapport à son origine. Ce nouvel angle de vue pourra alors générer des idées nouvelles propices au développement de la personne au sein de son environnement. La suite est bien sûr de faire quelque chose de cette nouvelle perception de la situation et pas de la contempler et de se dire: “Houa! c’est super je vois les choses différemment! Bon et après…?” 🙂 L’élaboration de nouvelles stratégies est alors à envisager.

Voilà pour ces quelques pistes à explorer pour qui souhaite prendre un peu de recul sur des situations vécues comme difficiles et pouvant générer des sensations de blocages ou de mal-être. Ces changements de points de vue s’appellent aussi des recadrages. De sens ou de contexte, les recadrages feront probablement l’objet d’un futur article.

Tiens! Voilà l’inspiration qui revient…

A la semaine prochaine