Quel que soit le contexte dans lequel nous évoluons, il y a fort à parier que nous sommes en contact (ou serons tôt ou tard en contact) avec ce que l’on appelle des personnalités difficiles. Peut-être même faites-vous partie de ces personnalités difficiles (mais sans forcément le savoir). Dans un cas comme dans l’autre, cet article et le suivant vous donneront toutes les clés pour savoir comment vous comporter avec les 7 principales personnalités difficiles.

Avant d’aborder la notion des personnalités difficiles, voyons ce qu’est déjà la personnalité au sens large. Dans la vie courante, la personnalité est souvent confondue avec le caractère. Pourtant, la différence est de taille et nous allons aussi distinguer le caractère de l’attitude et du tempérament. 

L’attitude

L’attitude est invisible. Elle peut être positive ou négative. C’est une prédisposition à agir, elle influence notre comportement. L’attitude se décline selon trois composantes : affective, cognitive et comportementale. 

Exemple : mon voisin me sort des yeux (composante affective), je pense qu’il a de mauvaises intentions envers moi (composante cognitive) et donc j’essaie de l’éviter (composante comportementale).

Le comportement

Le comportement fait partie du domaine de l’action. C’est l’ensemble des actions et réactions observables par les autres. Le comportement dépend de la personnalité, du tempérament et de l’attitude. Tout au long de notre vie, on essaie d’adapter nos comportements à nos attitudes afin de ne pas tomber dans la dissonance cognitive. 

Exemple :

  • Attitude : “Je vais arrêter de fumer parce que j’aspire à un mode de vie sain”
  • Comportement lors d’une soirée entre amis : “je fume pour me sentir inclus dans le groupe”

Cette contradiction entraîne une dissonance cognitive inconfortable que le sujet traitera en aménageant de nouvelles attitudes (composante cognitive) : “Les sorties sont exceptionnelles, donc c’est pas grave” ou encore “demain, je ne fumerai aucune cigarette, ça rattrapera“.

Le tempérament 

En psychologie traditionnelle, le tempérament est ce qui fait le lit de la personnalité et est souvent considéré comme héréditaire. Au cours de l’histoire, des auteurs ont classifié les tempéraments humains en divers types caractéristiques. (Source Wikipédia

  • Le tempérament nerveux
  • Le tempérament bilieux
  • Le tempérament sanguin
  • Le tempérament lymphatique

La personnalité

La personnalité est un ensemble de traits permanents d’un individu, d’ordre psychologique, émotionnel et comportemental. Le comportement, l’attitude et le tempérament font alors partie de la personnalité.

* Les traits de personnalité sont donc caractérisés par les manières habituelles dont on perçoit son environnement et sa propre personne, et les manière habituelles de se comporter et de réagir.Ils se définissent souvent par des adjectifs de point autoritaire, sociable, altruiste, méfiant, consciencieux…

Quand une personnalité devient-elle une personnalité difficile ?

Il y a quatre critères pour définir une personnalité difficile.

  1. Des réactions excessives et exagérées face à des situations généralement banales de la vie quotidienne.
  2. Un certain manque de flexibilité psychologique. Autrement dit, les réactions sont très souvent les mêmes, même dans différents contextes.
  3. Une inadéquation entre les situations vécues et les comportements associés. Par exemple, refuser de parler à ses enfants suite à une dispute avec son conjoint.
  4. Les réactions sont source de souffrances pour soi et pour autrui, même si la personne n’en est pas consciente.

Les personnalités difficiles ne sont pas forcément des personnalités dites pathologiques avec ce que l’on appelle des troubles de personnalité. Ces dernières nécessitent une prise en charge psychologique, voire psychiatrique, selon l’intensité des troubles.

La personnalité à tendance obsessionnelle

Sa devise : « Je veux juste faire les choses bien et ne pas faire d’erreurs » 

personnalité obsessionnelleLa personnalité à tendance obsessionnelle se définit par un certain perfectionnisme et l’envie de tout faire selon un plan préétabli et en suivant des règles strictes. Elle est focalisée sur les détails, la manière de faire, les procédures, l’organisation, souvent au détriment du résultat final (coucou procrastination…) . Elle est rarement satisfaite, car elle évalue les résultats selon les efforts fournis et non objectivement. Un étudiant avec ce type de personnalité ne sera pas satisfait s’il obtient un 18/20 à ses partiels, car il jugera que le résultat n’est pas à la hauteur de ses efforts.

La personnalité à tendance obsessionnelle est obstinée et extrêmement rigoureuse. Elle insiste pour que les choses se déroulent comme elle le souhaite et selon ses règles. Elle a du mal à gérer les imprévus et à s’adapter aux changements. Elle aime avoir le contrôle et déteste l’improvisation. Déléguer une tâche à quelqu’un d’autre est difficile pour un manager de cette tendance.

Quelques exemples de schémas cognitifs des personnalités à tendance obsessionnelle

Il faut obéir à des règles strictes dans la vie.

En se concentrant sur les détails d’un problème, on réduit les risques de faire une erreur.

Une personne est définie par ce qu’elle fait.

On est quelqu’un de bien si l’on fait bien son travail.

Tout se passera bien si les règles sont suivies à la lettre.

Ne jamais jeter quelque chose qui pourrait avoir de la valeur.

Les émotions doivent être maîtrisées.

Que faire face à une personnalité à tendance obsessionnelle ? 

Évitez de la froisser en faisant des remarques sur ses rituels et habitudes. Au contraire, montrez-lui que vous appréciez son sens de la rigueur et son côté consciencieux. Étant donné son côté un peu distant pouvant passer pour de la “froideur”, ne la mettez pas mal-à-l’aise avec avec des signes d’affection ou des cadeaux pour la féliciter de son travail (pour elle, c’est juste normal).

Si vous voulez lui faire un cadeau, montrez-lui les joies de la détente. Ne rentrez pas trop dans son jeu, rappelez-lui que la spontanéité et l’improvisation ont aussi de bons côtés. 

Enfin, respectez son besoin de tout prévoir. Si vous travaillez en équipe avec ce type de personnalité, confiez-lui des tâches simples, mais qui nécessitent de la précision et de la rigueur.

La personnalité à tendance passive-agressive 

Sa devise « On risque trop à dire ce que l’on pense, il vaut mieux résister indirectement » 

personnalité passive-agressiveLa personne à tendance passive-agressive exprime extérieurement son agressivité qu’au travers d’une façade passive (d’où son sobriquet). En effet, elle assume peu ou pas du tout ses ressentis. Par exemple, elle aura tendance à exprimer sa colère de manière subtile (ce sont les rois et les reines des non-dits), par des propos flous ou des comportements non verbaux ambigus (grimaces, mimiques du visage, haussement des épaules, etc.). Ce n’est pas rare de la voir souvent en conflits “larvés” avec les autres. Il est difficile de se positionner face à une personne qui ne dit pas clairement ce qu’elle pense; ce qui provoque souvent de la colère et de la frustration chez leurs interlocuteurs. 

À noter que selon les situations, nous pouvons aussi adopter parfois une attitude passive-agressive.

Quelques exemples de schémas cognitifs des personnalités à tendance passive-agressive

Je ne devrais avoir à faire que ce que j’ai envie de faire.

Les gens ne devraient pas me demander quoi que ce soit.

Les autres sous-estiment mon travail et ma valeur.

Je dois me protéger en me faisant passer pour une victime.

Les supérieurs hiérarchiques sont généralement injustes.

On ne devrait pas me demander de travailler autant.

Les échéances et la pression sont injustes. Il faut s’y opposer.

La colère ne peut pas être exprimée ouvertement.

La colère est dangereuse et doit être évitée.

Tout ce qui peut être remis au lendemain, doit l’être.

Partir avec le maximum de choses.

Que faire face à une personnalité à tendance passive-agressive ? 

La meilleure manière d’interagir avec une personnalité passive-agressive est d’y aller avec des pincettes…Plus vous vous montrez autoritaire et insistant avec lui, moins il obtempère. 

Soyez aimable avec elle dans la mesure du respect que vous vous accordez à vous-même, évitez de la vexer ou de la froisser. Essayez de lui demander son avis dès que vous le pouvez; cela la fera se sentir utile et va lui redonner confiance en elle. Aidez-la à s’exprimer directement, sans prendre de détours.

La personnalité à tendance narcissique

Sa devise ? « Ma vision nous amènera loin »

personnalité narcissiqueConnaissez-vous le mythe de Narcisse ? « L’homme qui est tombé amoureux de son propre reflet », en effet, la notion de narcissisme dérive d’un personnage de la mythologie antique, nommée, Narcisse. 

La personne narcissique rapporte tout à elle, avec le sentiment d’être exceptionnelle, hors du commun, et de mériter plus que les autres. Souvent soucieuse de son apparence physique et vestimentaire, elle est aussi préoccupée par des ambitions de succès éclatants dans les domaines professionnels et personnels.

 Dans ces relations aux autres, elle s’attend à des attentions, des privilèges, sans se sentir obligée à la réciprocité. Elle éprouve de la colère et de la rage lorsqu’on ne lui accorde pas les privilèges qui l’attend.  Elle exploite et manipule les autres pour atteindre ses buts. Elle éprouve peu d’empathie, et est peu touchée par les émotions d’autrui.

Quelques exemples de schémas cognitifs des personnalités à tendance narcissique

Je dois obtenir ce que je veux lors de chacun de mes échanges.

Je ne dois, en aucune manière, être frustré dans ma recherche de plaisir ou de reconnaissance.

Je suis une personne hors du commun.

Je ne devrais avoir à faire qu’avec des personnes hors du commun comme moi.

Je dois être admiré.

Personne ne devrait avoir plus que ce que j’ai.

Que faire face à une personnalité à tendance narcissique ? 

A faire :

  • Montrez votre approbation chaque fois et uniquement si cette dernière est sincère;
  • Expliquez lui les réactions des autres;
  • Respecter scrupuleusement les usages et les formes dans vos propos
  • Ne faites que les critiques indispensables et soyez très précis sur leur contenu
  • Soyez discret sur vos propres réussites et privilèges.

A éviter :

  • Ne faites pas de l’opposition systématique
  • Soyez vigilant aux tentatives de manipulation
  • N’accorder jamais une fois les faveurs que vous ne voulez pas renouveler
  • Ne vous attendez pas à du donnant-donnant

La personnalité à tendance dépendante  

Sa devise : « mieux vaut être mal accompagné que seul »

personnalité dépendanteLa personne à tendance dépendante est soumise à un besoin excessif que l’on prenne soin d’elle. Elle s’accroche et s’agrippe à la personne qu’elle considère la mieux placée pour subvenir à ses besoins.

On reconnaît une personnalité dépendante à son besoin inadéquat d’être rassurée. Cela peut parfois générer des disputes au sein du couple, mais aussi dans la vie quotidienne. Connaissez-vous ce collègue/ami  qui veut toujours vous faire plaisir avec des cadeaux ? Qui refuse de prendre des responsabilités et qui veut toujours être rassuré dans ses décisions quotidiennes ? Qui, à chaque dispute ou désaccord, est capable de tout pour vous retenir, quitte à oublier ses propres valeurs ? 

 

Quelques exemples de schémas cognitifs des personnalités à tendance dépendante

Je ne saurai jamais faire face à la vie en étant seul(e)

Pour prendre ma décision, je dois demander à mon (conjoint, parent, ami, etc.)

S’il ne m’a pas appelé, c’est qu’il s’en fout de moi

Plus je suis serviable et plus les gens m’apprécieront

Aller au cinéma tout(e) seul(e) ? Je ne vois pas l’intérêt. Pour moi, mon plaisir passe par les autres.

Que faire face à une personnalité à tendance dépendante ? 

A faire :

  • Renforcez de préférence les initiatives qu’elle prend, plutôt que ses réussites
  • Si elle vous demande des conseils, demandez-lui d’abord son point de vue personnel avant de lui répondre 
  • Poussez-la à multiplier ses activités 
  • Faites-lui comprendre que vous pouvez faire les choses sans elle, sans que ce soit un rejet

A éviter :

  • Prendre les décisions à sa place même si elle vous en fait la demande express
  •  Critiquer frontalement ses initiatives (même ratées)
  •  L’abandonner complètement à son sort pour lui apprendre à “se débrouiller seul”
  •  Lui laissez payer le prix de sa dépendance ( offrir des cadeaux et faire les “sales boulots”)
  •  L’accepter en permanence dans vos pattes

Dans le prochain article consacré aux personnalités difficiles, nous allons voir : la personnalité hystérique, le compétiteur-Winner, la personne déprimée, et l’hyper-procédurier.

* source “Comment gérer les personnalités difficiles”. François Lelord, Christophe André. Ed. Odile Jacob Poche


Si vous aussi êtes aux prises avec une personnalité difficile et souhaitez développer des aptitudes pour “faire avec”, contactez-moi ici; nous pouvons travailler ensemble.


Quand on partage un bien immatériel, on le multiplie. (Idriss Aberkane – Libérez votre cerveau)

Pensez à partager cet article avec vos amis sur les réseaux…