C’est pas toujours évident de sélectionner les demandes d’articles sponsorisés. En effet, il est plutôt rare que les produits ou services des entreprises qui me contactent pour les promouvoir soient en cohérence avec la ligne éditoriale de ce blog. Ce n’est pas les demandes qui manquent, mais j’avoue que je suis assez pointilleux (voire carrément exigeant) sur ce que j’ai envie de diffuser ici. D’où la maigre quantité d’articles sponsorisés dans cette catégorie. Pourtant, il y a parfois de belles synergies qui se créent. Et ce fut le cas lorsque la startup Colette m’a récemment contacté pour voir s’il y avait moyen de moyenner. Et vous allez le voir dans cet article, il n’y a pas à chercher bien loin pour constater l’évidence du lien entre cohabitation intergénérationnelle et rapports humains.

Tout démarre d’un article que j’avais écrit il y a quelques années concernant la solitude des personnes âgées. Ma précédente activité en tant qu’infirmier libéral m’a malheureusement permis de constater combien cette situation était affreusement répandue dans notre société. La grande majorité des commentaires qui suivent l’article en question témoigne de cette souffrance, mais aussi de la recherche de solutions pour y remédier. (Spoiler : la cohabitation intergénérationnelle en fait partie)

Isolement et solitude sont dans un bateau

Bien entendu, la solitude et/ou le sentiment d’isolement ne sont pas exclusifs aux personnes âgées; regardez les étudiants qui partent loin de chez eux pour faire leurs études. Même si l’environnement étudiant est certes propice pour rencontrer du monde, il n’est pas toujours si simple de se créer un nouveau “réseau social” dans une ville où l’on débarque avec ses valises sous le bras. D’autant plus que la précarité des étudiants n’est pas qu’une vue de l’esprit; sortir pour développer son réseau demande des moyens que tous n’ont pas nécessairement.

Avant de m’étaler sur la cohabitation intergénérationnelle, une petite précision s’impose concernant les termes de solitude et d’isolement, souvent confondus et correspondant quand même à des réalités différentes.

La solitude est ce qui se rapproche le plus d’un état, d’un fait observable. Elle peut être ponctuelle ou permanente. Par exemple un.e célibataire qui vit seul.e dans son appartement connaît la solitude. Tout comme un explorateur parti seul pour faire une traversée du désert ou de la banquise (enfin, ce qu’il en reste) ou encore un ermite vivant en pleine montagne tout au long de l’année. Cet état est parfois subi, mais sans générer de souffrance outre mesure et est parfois même choisi pour mieux se retrouver et se centrer sur soi. Bref, la solitude en tant qu'”état” n’est pas forcément un problème.

Vient ensuite le sentiment de solitude, qui correspond cette fois-ci à une perception que l’on a de sa place au sein de son environnement. Par exemple, j’ai souvent entendu chez des clients ou des patients, dire qu’ils éprouvent ce sentiment de solitude alors même qu’ils sont entourés (en couple, en soirée avec des amis, en famille, etc.). Ils sont au milieu d’autres personnes, mais se sentent désespérément seuls au fond d’eux. Ce sentiment se manifeste aussi quand la solitude “état” dont je parlais plus haut devient si pénible à vivre qu’elle entraîne de la souffrance, de l’anxiété, un mal-être diffus et permanent. On se rapproche alors du sentiment d’isolement décrit juste en dessous.

L’isolement, et plus précisément l’isolement social est la rencontre de la solitude “état” avec la solitude “sentiment”. Pour reprendre une définition du Conseil Economique, Social et Environnemental “l’isolement social est la situation dans laquelle se trouve la personne qui, du fait de relations durablement insuffisantes dans leur nombre ou leur qualité, est en situation de souffrance et de danger”. C’est-à-dire que les personnes isolées n’ont pas ou peu de relations au sein des principaux réseaux sociaux (familial, professionnel, amical, voisinage, associatif…) et souffrent de cette situation imposée (source).

C’est arrivé près de chez vous

Pour illustrer cette problématique sociétale, voici une petite vidéo réalisée par l’association “les petits frères des pauvres” qui depuis 1946 lutte contre l’isolement et la solitude des personnes âgées. Elle rend compte en moins d’une minute des conséquences de cet isolement social.

La cohabitation intergénérationnelle chez Colette- La coloc 2.0

L’un des secrets des entrepreneurs à succès est qu’ils ont un regard systémique sur la société. C’est-à-dire qu’ils ont cette faculté de repérer des besoins non satisfaits dans telle ou telle partie de la population et sont suffisamment créatifs pour créer un produit ou un service venant satisfaire ce besoin. Ils créent donc des liens, des passerelles, des synergies là où d’autres ne voient que des éléments indépendants les uns des autres.

Chez colette.club, c’est un peu beaucoup ce qu’ils ont fait.

Prenez d’un côté des séniors avec des besoins de contacts sociaux, de communication et de présence humaine (et avec une chambre à louer; c’est le principe 😉 ) et de l’autre des étudiants confrontés à la double problématique de rareté des logements et des loyers exorbitants (pour mémo, un studio sur Paris se loue en moyenne à 885€/mois pour un 12m2).

Vous secouez bien le tout et vous obtenez un service au doux nom de cohabitation intergénérationnelle où tous les acteurs du système sont gagnants :

  • Un sénior qui bénéficie d’une présence quotidienne en plus de pouvoir rajouter un peu de beurre dans les épinards;
  • Un.e étudiant.e ou un jeune actif qui bénéficie d’une chambre dans un appartement de qualité à un prix abordable;
  • Une startup qui fait fonctionner l’économie française et crée des emplois;
  • Des lecteurs de blog au taquet, prêts à partager cet article sur tous les réseaux sociaux pour le rendre viral;
  • Un blogueur du sud de la France en lévitation complète tellement il a la tête qui enfle;

Comment ça marche concrètement la cohabitation entre génération ?

Vous faites partie des séniors et voulez louer une chambre à un étudiant, alors Colette vous accompagne de A à Z pour vous permettre de réaliser votre projet.

  • Ils vous rencontrent et créent votre profil sur leur site. C’est simple et gratuit
  • Ils vous mettent en relation avec des étudiants qui cherchent à se loger dans votre quartier
  • C’est vous qui décidez après rencontre, d’héberger l’un d’entre eux 
  • Ils restent à votre disposition tout au long de la cohabitation

Vous êtes étudiant ou jeune actif et voulez louer une chambre dans un bel appart tout en conservant vos deux bras que votre mère a mis 9 mois à créer, alors Colette vous permet d’intégrer un logement confortable à un tarif avantageux en vous accompagnant de manière personnalisée tout au long de votre recherche

Enfin, pour vous faire une idée précise des valeurs de cette startup et de la cohabitation intergénérationnelle en général, je vous invite à télécharger leur dossier de presse

Quelques témoignages


Que vous soyez sénior ou étudiant, si l’aventure de la cohabitation intergénérationnelle vous tente, cliquez ici


Quand on partage un bien immatériel, on le multiplie. (Idriss Aberkane – Libérez votre cerveau)

Pensez à partager cet article avec vos amis sur les réseaux…