Améliorer ses relations aux autres… et à soi

2013

Confiance en soi et Estime de soi

Confiance en soiCette semaine, je vous invite à faire un voyage au pays des métaphores. Celle que je m’apprête à partager ici est issue d’une séance de coaching où l’un des thèmes abordés était précisément la distinction entre estime de soi et confiance en soi. J’ai remarqué que, bien souvent, une certaine confusion existe chez mes clients lorsque nous évoquons ce sujet en séance de coaching. Tâchons donc d’y voir un peu plus clair, non pas en partant dans des explications compliquées, mais plutôt en embarquant sur un bateau.

Il était un petit navire

Par un beau matin d’été, le Parva Aestimat largua les amarres de son port d’attache et s’engagea sur l’océan de la Vie. Ce bateau fut construit depuis des années par des bâtisseurs peu attentifs à la notion d’équilibre.

En effet, pour des raisons qu’eux seuls connaissent, ils avaient tout misé sur le mât principal du bateau , son apparence, sa taille, ses dorures et autres sculptures de luxe répartis sur toute sa longueur. De même, les autres éléments du pont étaient somptueux. De l’extérieur, nous pouvions dire “qu’il en jetait un maximum”. Les promeneurs qui venaient flâner parfois sur le port ne manquaient pas de l’admirer à grands coups de “Wow !”, “Ouah !” et s’arrêtaient souvent devant lui pour s’extasier de sa magnificence, prendre des photos et éprouver juste ce qu’il faut d’envie.

Le seul petit hic est que ces mêmes bâtisseurs, ayant mis toute leur énergie, argent et temps sur le mât principal, avaient conçu une coque dérisoirement petite et aussi mince qu’une feuille de papier à cigarette. On pouvait même se demander comment le Parva Aestimat pouvait flotter. Mais bon, ce n’étaient que des remarques de quelques individus au fait de la navigation en mer. Après tout, tant que personne ne leur demande rien, ces professionnels se gardent bien de donner leur avis sur la question.

Ainsi, le Parva Aestimat prit le large par un beau matin d’été.

Dans le même port, il y avait un autre bateau, l’Alta Estima. Celui-ci ne payait pas de mine. Personne ne le remarquait vraiment car il ressemblait peu ou prou aux autres bateaux. Son mât principal était de taille moyenne, sans fioriture “bling bling” ni ornement luxueux. L’une des particularités de ce bateau, peu visible au premier coup d’oeil, était sa coque. Une coque à base large, stable, construite dans un matériau noble et résistant, épaisse de plusieurs couches solidement fixées les unes aux autres. Pour un oeil averti, cette coque représente de longues heures de travail, d’entretien et d’inspections régulières pour déceler d’éventuelles brèches à réparer au besoin. Bref, une coque pensée et construite pour affronter tous les caprices de la haute mer.

L’Alta Estima sortit du port quelques jours après le Parva Aestimat. Tous deux naviguèrent au large de l’océan de la Vie.

Quand le temps se gâte

Une tempête approchait. Pas le petit orage de fin de journée, non; c’était LA tempête. Avec son lot de rafales de vent violent, de vagues aux creux de quinze mètres, de tourbillons au milieu d’un océan déchaîné et de trombes d’eau qui s’abattent en masse.

Nos deux bateaux étaient pris dans cette tempête.

Le Parva Aestimat commençait déjà à chanceler alors que la tempête n’était pas encore sur lui. Les quelques vagues plus importantes que d’habitude, annonçant les réjouissances, venaient fragiliser son équilibre. Le grand mât souffrait déjà de ce balancement inconfortable.

Lorsque la tempête fut sur lui, le Parva Aestimat ne tarda pas à capituler. Le tangage sans précédent qui le malmenait depuis quelques heures vint à bout de son magnifique mât orné de dorures et de sculptures de luxe. Ce dernier se brisa à sa base, tomba dans l’eau et sombra au fond de l’océan.

À cet instant, le Parva Aestimat se retrouva sans aucune possibilité d’avancer. Cet événement marquant lui fit perdre le principal objet de sa navigation voire de son existence. Il subit donc la tempête de plein fouet et sa frêle coque menaçait de céder à tout moment et le précipiter à son tour dans les abysses. Mille fois, il crut son heure arrivée et milles fois il s’en sortit par miracle en étant un peu plus marqué et affaibli à chaque fois. Une fois la tempête passée, le bateau, ou du moins ce qu’il en restait, se laissa dériver au gré des courants, sans possibilité de reprendre le contrôle de sa navigation. Une longue période d’errances et d’incertitudes commençait alors pour lui.

L’Alta Estima, quant à lui, connu les mêmes difficultés que son compagnon d’infortune.

Pour autant, grâce à sa coque solide et stable, il pût supporter avec courage la violence de la tempête, la fureur de l’océan et la puissance des vents. La tâche ne fut pas une partie de plaisir, loin s’en faut. Son mât, lui aussi, fut mis à mal. L’énorme contrainte qu’il subissait entama sa structure à différents niveaux et lui causa quelques dommages. Cependant, grâce à la structure résistante de la coque du bateau et sa capacité à absorber les hauts et les bas, il ne se brisa pas. Ainsi, l’Alta Estima parvint à traverser la tempête en restant fidèle au cap qu’il s’était donné et put poursuivre sa route sereinement.

Retour sur la terre ferme

Vous vous demandez peut-être ce qu’il est advenu du Parva Aestimat ? La légende raconte qu’après de longues années de dérives et de réparations instables qui tenaient le temps de subir une nouvelle tempête, il prit la décision de se poser une bonne fois et d’entamer une refonte complète de son architecture. Son attention ne se portait alors plus sur les ornements et les décorations opulentes de son mât, mais sur le développement de sa coque qu’il souhaita solide, stable et pouvant le conduire vers les plus belles contrées.

Mais ceci est une autre histoire.

A la semaine prochaine.


Où en est votre estime de soi ?

Faites le test

25 Commentaires to “Confiance en soi et Estime de soi”

  1. merci pour cette belle métaphore.
    je l’utiliserais bien si cela ne vous pose pas de problème.

    • Bonjour Lamia
      Merci de votre retour.

      Je ne vois en effet pas de problème à ce que vous utilisiez cette métaphore, si vous avez la gentillesse de citer sa source : le blog, moi-même ou les deux 😉

      A bientôt

  2. Bonjour,
    J’ai beaucoup aimé l’approche de l’estime de soi autour d’une histoire, je trouve que cela l’illustre d’une façon intéressante et différente. Je vais citer cet article en complément d’un de ceux que j’ai récemment rédigés. Mon constat personnel est que notre carence en estime de soi nous influence aujourd’hui face au sentiment d’insécurité. Je constate que nous n’apprenons pas à répondre à notre besoin de protection dès le plus jeune âge et que cela se retrouve à l’âge adulte dans les comportements excessifs (burn-out, insatisfaction chronique, dépassement constant de nos limites) ou au contraire dans la dévalorisation complète de soi (sentiment d’inutilité et d’humiliation). Je pense que comme “la coque” de cette histoire, savoir nous protéger physiquement mais aussi moralement et émotionnellement devrait nous aider à traverser les étapes de la vie plus sereinement. Si le sujet vous intéresse, voici l’article où je traite de sujet et où je vais associer votre histoire:
    http://stopaucontrole.com/accueil/
    Je prendrais plaisir à venir visiter votre blog
    Carole

    • Bonjour Carole
      Merci pour votre retour.
      Le thème du sentiment d’insécurité est effectivement en lien directe avec le thème de l’estime de soi. Savoir se protéger et préserver son intégrité tant physique que psychique est essentiel 😉

      Dans le jargon des coachs, nous appelons cela l’écologie personnelle. C’est d’ailleurs par un billet sur cette notion que j’ai débuté ce blog.

      Par ailleurs, si vous me le permettez, je ferai un lien vers votre blog que je trouve de très bonne facture, dans ma sidebar rubrique développement personnel.

      Au plaisir de vous lire
      Christophe

  3. Avec plaisir, et merci pour la précision de “l’écologie personnelle”. Pour ma part, je citerais avec plaisir vos articles qui peuvent bien s’accorder à mes thèmes.
    Cela peut vraiment apporter une richesse à mes lecteurs aussi!
    Bonne soirée

  4. merci pour le partage

  5. Bonjour
    La métaphore est parlante.
    Mais pour les novices comme moi, quel bateau représente l’estime de soi.
    Merci d’avance

    • Bonjour David
      A la lecture de cette histoire et en fonction de ce que vous dit votre petite voix intérieure, quelle serait votre réponse ?
      Vous pouvez la partager ici…

  6. Bonsoir
    Et bien pour répondre : je pense que le bateau parva représente la confiance en soi et le bateau alta représente l’estime de soi

    Et il y a aussi l’image de soi : où se place-t elle.
    Merci bcs

    • C’est tout à fait ça David 🙂
      L’estime de soi est à la base de notre identité. C’est sur elle que repose notre positionnement face à la vie. C’est notre “coque” personnelle. La confiance en soi est ce qui se voit quand nous faisons les choses. Elle est notre mât.
      Pour résumer, l’estime de soi relève plus de “l’Être” et la confiance en soi relève plutôt du “Faire”.
      Quant à l’image de soi, étant donné qu’elle illustre qui nous sommes à nos propres yeux, je dirais qu’elle se situe plus du côté de l’identité et donc de l’estime de soi.
      Mais ce n’est que vue de ma fenêtre…

  7. Bonjour,
    Je trouve génial votre article, la présence de l’approche de l’estime de soi autour de l’histoire attire plus le lecteur pour bien découvrir le contenu de l’article. Bonne continuation !!

  8. Jolie histoire pleine de magie et d’enseignement.

Laisser une réponse

Publication

Publication

Publication

Inscrivez-vous et recevez gratuitement votre guide

 

Les besoins humains

EN BONUS...

- Les derniers articles du blog

- Des conseils sur les relations        humaines

- Des offres promotionnelles

Votre adresse email ne sera ni cédée, ni vendue, ni utilisée pour envoyer du Spam
UA-20466197-1