J’entends et lis très souvent dans le domaine du coaching et du développement personnel que le simple fait de croire très fort en quelque chose que nous souhaitons obtenir nous fera nécessairement atteindre notre objectif.

Retour à Croyanceland

“Pensez très fort que vous allez être riche, et vous le deviendrez”
“Visualisez le plus intensément possible votre succès et vous serez le King of The World”
“Imaginez que vous courrez plus vite qu’Usain Bolt et vous lui mettrez 1 seconde dans la vue”

Le pire est que les gourous de ce type de discours vous culpabilisent au maximum si vous ne réussissez pas là où eux ont bien entendu réussi.

“Ah oui, mais tu n’as pas assez cru en ta réussite. Tu n’as pas suffisamment visualisé ton succès. C’est pour ça que tu n’y es pas arrivé”. Ou alors la question qui enfonce le clou: “Es-tu sûr d’avoir cru à 100% à ton projet?”

Bon, je carricature un peu, je vous l’accorde, mais je ne suis pas si loin de la “réalité”.
Je vous le dis tout net, je ne suis pas d’accord avec ce type d’affirmation ultra-simpliste. Le meilleur exemple de ce genre de propos est illustré par le livre et le film associé, “Le secret” qui fut et est encore un best seller dans le monde entier.

Non pas que tout soit à jeter dans le contenu de ce livre (certaines notions abordées sont intéressantes), mais comme à mon habitude pour ceux qui me lisent depuis quelques temps, je suis un peu plus modéré dans ma vision des choses. Je partage donc ici et avec vous une partie de ma carte du monde concernant le lien entre le succès et les croyances sous-jacentes.

Prenons bien conscience ici que ceci est un reflet de mes propres croyances. Elles ne sont donc pas posées en tant que “vérité-universelle-de-la-réalité-ultime-du-monde-réel” 🙂

Ce qui me fait dire OUI

Oui, nos croyances influent de manière très puissante sur nos stratégies, nos comportements et, par effet systémique, sur notre environnement.

Oui, l’effet placebo existe et montre son efficacité dans bien des domaines. Les études sur ce sujet foisonnent sur le web ou dans la presse.

Vous aimerez aussi...
Une histoire ? Non une e-stoire !

Oui, la projection dans le futur par la visualisation est utile pour qui souhaite atteindre un objectif. Elle fait partie intégrante de son processus de construction et de réalisation

Oui, le phénomène de la loi de l’attraction est quelque chose qui peut se construire avec le temps. Et je souligne les mots construire et temps.

Oui, la réussite et le succès ont besoin de réunir plusieurs facteurs dont l’un d’eux est effectivement notre capacité à y croire

Oui, la chance est une notion moins aléatoire que ce que nous pourrions penser.

Oui, il y a parfois des facteurs environnementaux qui viennent freiner ou briser certains processus de changement. L’idée d’après est de savoir comment les recycler et poursuivre notre chemin.

Ce qui me fait dire NON

Non, l’unique fait de croire, même très fort, à un résultat ne vous permettra pas de l’atteindre.
Exemple: vous voulez vous tisser un réseau social car vous vous trouvez un peu isolé (je précise en live car Facebook et autres réseaux virtuels ne comptent pas). Vous aurez beau penser très fort à toutes les personnes que vous souhaitez rencontrer, si vous ne sortez pas de chez vous,  vous serez toujours aussi seul(e); avec beaucoup d’imagination certes, mais seul(e).

Non, la loi de l’attraction n’est pas qu’un “truc” magique issu du mouvement new-âge (quoique 🙂 ) qui fonctionne simplement par la pensée.
C’est le résultat d’un processus de réalisation de petits changements observables et quantifiables, internes et externes, qui mis bout à bout, ont un effet positif et significatif dans la vie de celles et ceux qui l’ont mis en place. Et cela demande du temps, de la patience et de la persévérance. Si vous connaissez des personnes dont vous avez la perception que “tout” leur réussit, observez ou prenez connaissance de leur fonctionnement. Il est fort probable que ce que vous qualifiez comme réussite chez eux ne s’est pas fait en un coup de baguette magique.

Non, vous n’êtes pas forcément responsable à 100% de tous vos échecs.
Dans chaque situation, il y a bien sûr une part plus ou moins importante qui relève de votre responsabilité. Il ne s’agit pas non plus de tomber dans le phénomène inverse du “Je n’y suis pour rien, je suis une victime. C’est la faute du voisin, de la pluie, de la crise, de ma mère, de ma femme, de mon mari, du chat de ma grand-mère, etc.”. L’idée est de distinguer justement ce qui dépend directement de vous dans la conduite de votre projet et de cadrer ou d’anticiper au mieux ce qui ne l’est pas. En gros il s’agit d’élargir votre zone d’influence (ce sur quoi vous avez une possibilité d’agir) de façon à réduire votre zone d’incertitude (ce sur quoi vos actions sont limitées voire impossibles) (idée inspirée de Stephen R. Covey auteur de l’excellent “Les 7 habitudes de ceux qui réussissent tout ce qu’ils entreprennent”)

Non, la visualisation d’un objectif n’est pas suffisant pour pouvoir l’atteindre. Vous pourrez y mettre toute la couleur, le contraste, les détails que vous voulez, si cette image mentale n’est pas suivie d’une mise en oeuvre dans l’environnement qui vous entoure, c’est chou blanc. Me rappelant certaines formules en math, je dirais que c’est une condition nécessaire mais PAS suffisante. Après la visualisation, il y a toute la partie plan d’action à établir avec des étapes concrètes à franchir, des actions réelles à mettre en place. C’est ce qui s’appelle passer de la tête au muscle (“Mind to Muscle” in english please!).

Vous aimerez aussi...
Ce qui dépend de soi et ce qui ne dépend pas de soi (partie 2/2)

Conclusion

Je suis un fervent défenseur du lien qui existe entre l’esprit et le corps. Je crois en la possibilité de pouvoir agir sur notre environnement, nos comportements, nos stratégies par un travail sur nos croyances, notre identité et notre mission de vie. Je me suis d’ailleurs formé avec plaisir et enthousiasme à ces différentes approches d’accompagnement au changement. J’aime aussi la simplicité et le minimalisme par certains côtés.

Et en même temps, je reste prudent avec l’ultra-simplification des concepts du changement, avec tous les discours qui ont tendance à rendre magique des résolutions de problèmes qui, rappelons-le aussi, génèrent parfois du stress et de la souffrance chez certaines personnes.

Il parait que Rome ne s’est pas construite en un jour, croyez-vous pouvoir construire la vie que vous souhaitez rien qu’en y pensant ?