Avez-vous déjà été confronté à un individu dont la souplesse de fonctionnement est proche d’une barre en titane et dont l’ouverture d’esprit est aussi large que la ficelle d’un string?

Plusieurs qualificatifs peuvent illustrer ces personnes hors du commun quant à l’énergie qu’elles déploient pour rester confinées au sein de leur univers de croyances ultra-limitantes: les psycho-rigides, les hermétiques, les intransigeants, les bornés, les sectaires, etc.

LEUR monde est LE monde. Elles n’ont pas le moindre début de naissance d’idée qu’il puisse exister d’autres façons de penser que la leur. Ces individus ne sont pas forcément méchants, mais dès qu’ils ont un avis sur un sujet, c’est fatalement  leur idée qui représente la “vérité-vraie-véritablement-réelle-évidente-et-incontestable”.

Le summum de leur art consiste à faire preuve d’une mauvaise foi inébranlable. Si vous tombez dans le piège de vouloir leur prouver par A+B que leur avis n’est pas forcément unique et qu’il peut y en avoir un autre, ils sortent alors des théories invraisemblables auxquelles ils se raccrochent comme une moule à son rocher.

L’arbre qui cache la forêt

Pour autant, derrière ce comportement un tantinet irritant, existe une intention qui ne souhaite que le meilleur pour son possesseur. C’est un des présupposés en PNL qui dit que derrière chaque comportement existe une intention positive, ou autrement dit un être humain EST bien plus que ses comportements.

Loin de moi le recours aux interprétations abusives, mais derrière la nature obtus de certains individus, peuvent s’exprimer différents besoins du genre:

  • Compenser une estime de soi défaillante (d’où sont issus les exemples suivants)
  • Prouver son niveau de connaissance
  • Contrebalancer un sentiment d’infériorité
  • Se rassurer sur sa capacité à convaincre autrui
  • Atteindre puis conserver une position dominante dans la relation
  • Éviter de se retrouver face à ses failles ou ses lacunes
  •  …

J’en oubli certainement et je compte sur vous pour enrichir la forêt dans les commentaires 😉

Vous aimerez aussi...
Là-haut sur la montagne

Pas de demande, pas de problème

Alors, que faut-il faire avec les hermétiques?

Et bien je serais tenté de dire: RIEN. En effet, par définition un individu étanche est imperméable à toutes tentatives d’intrusion dans sa prison de croyances sur lui, les autres et le monde qui l’entoure. De plus, vu que son monde est le seul qui existe, il n’y a aucune raison qui le pousserait à formuler une demande de changement. Pas de demande, pas de problème.

Je ne sais plus où j’ai entendu ça, mais l’accès au changement est comme une porte fermée de l’intérieur. Si la personne ne se décide pas à ouvrir la porte ne serait-ce que pour voir ce qui se passe dehors, vous aurez beau tambouriner, hurler, amadouer, supplier ou forcer pour entrer, ce sera peine perdue; vous resterez sur le palier.

Retour en terre connue

C’est alors en nous qu’il est intéressant de se pencher afin de s’interroger sur ce que nous renvoie cette attitude qualifiée de bornée.

  • Est-ce notre propre difficulté à concevoir certaines différences?
  • Est-ce un mode de communication qui nous renvoie à des références passées sensibles ?
  • Est-ce notre propre manque d’estime de soi qui se trouve pris à partie dans cette situation?
  • Est-ce une remise en question sur notre capacité à faire passer un message?
  • Est-ce que nous nous placerions pas un peu en victime?

Bref, s’il y a matière à faire évoluer une relation avec une personnalité un peu crispée sur ses positions et sur ses croyances, je pense que c’est du côté de sa propre flexibilité qu’il y a moyen de moyenner.

Encore faut-il être assez souple pour ça 🙂