Téléchargez gratuitement votre ebook

"COMMENT REPRENDRE MA VIE EN MAIN"

(En bonus :  les derniers articles du blog, des tests en ligne et d'autres surprises)

En soumettant ce formulaire, j'accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale éthique et personnalisée qui peut en découler. Vos informations sont enregistrées dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité.

73%. C’est le taux d’augmentation, ces dix dernières années, des sujets liés aux faits divers dans les journaux télévisés. Vols, meurtres, enlèvements, délinquances, agressions , viols, terrorisme, attentats, fraudes, abus financiers et j’en oublie. Ce chiffre, publié par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel) m’a laissé bouche bée (pour ne pas dire sur le cul, car j’étais déjà assis 😉 ). Comment cette hausse est-elle possible ? Quelles conséquences possibles pour les rapports humains ?

Stimulation excessive

Replaçons tout de même cette donnée dans son contexte. Toujours d’après l’INA, les faits divers occupent la 7ème place des rubriques traitées dans les journaux télévisés derrière les sujets de société, l’information internationale, la politique, l’économie et le sport.

Encore heureux, aurais-je envie de dire !!

Pour autant, cette diffusion grandissante de messages que je considère comme anxiogènes, possède un effet pervers sur le long terme. Celui de stimuler à outrance la fibre émotionnelle des individus p(r)ostés devant leur télé. Ce n’est d’ailleurs pas vraiment un hasard si les faits divers impliquant des enfants ou des adolescents occupent 30% de la rubrique en question (soit quatre fois plus qu’en 2011). Quoi de plus efficace en effet que de jouer sur la fibre parentale ? Nous sommes nombreux à avoir un enfant, un neveu, une nièce, dans notre entourage. Les projections vont alors bon train et l’impact émotionnel est garanti.

Vous aimerez aussi...
Il suffit d'y croire

Cette sur-stimulation des émotions maintient celui qui y est exposé dans un état de stress quasi permanent. Les études sur le stress sont légions et il est désormais reconnus que c’est l’exposition prolongée au stress qui est nuisible; pas le stress en lui-même qui est une réponse adaptée pour maintenir notre intégrité.

En 2006 déjà, le psychiatre Michel Lejoyeux (il porte bien son nom 🙂 ) écrivait ceci : “L’actualité nous donne à chaque heure de nouvelles raisons de rester en situation de vigilance inquiète. […] Certains d’entre nous font de ces peurs transmises par les médias une obsession. Ils y pensent sans cesse, ne parlent que d’elles et suivent plusieurs fois par jour les informations à leur sujet”. *
Il y en a qui se sentent visés ?

La Réalité du monde Réel et Véritable

Autre phénomène pervers de ce gavage toxique; la distorsion de la réalité.

Démonstration.

La réalité étant avant tout une question de perception, les faits divers qui nous sont présentés voire imposés lors des JT, seront filtrés au travers de la grille de nos croyances et idées préconçues. De fait, nous ne retiendrons “que” ce qui colle avec nos convictions; le reste étant purement zappé par notre conscience. La valorisation de l’esprit critique est alors mis aux oubliettes. En gros, nous ne sommes plus face à la formule de St Thomas qui dit “Je crois ce que je vois”, mais plutôt face à la formule de bibi qui vous propose “Je vois ce que je crois”.

Le résultat de cette mécanique de tri et un phénomène d’amplification du fait divers lui-même. Ce dernier sera perçu par le sujet comme LA Réalité avec toute la tendance à la généralisation que cela implique (c’est toujours comme ça, c’est tous les mêmes, etc.) au lieu d’UNE réalité au caractère exceptionnel ou à minima au contexte différent. C’est un peu comme si nous regardions une scène au travers d’un trou de serrure. Nous n’en verrions qu’une toute petite partie en ignorant tout ce qui se trouve autour et en accordant un crédit exclusif à ce que nous observons.

Vous aimerez aussi...
11 bugs du cerveau qui vous empêchent de reprendre votre vie en main (partie 2/3)

Pour résumer, je pense que la multiplication des faits divers dans les journaux télévisés induisent une représentation du monde étriquée et génératrice de peurs et d’anxiété.

Pas très bon pour les rapports humains tout ça.

Faire l’autruche ? Non plus

Pour finir ce billet, je voudrais contrebalancer mes idées en affirmant qu’il ne s’agit pas non plus de faire l’autruche en ignorant ce qui se passe autour de nous. Être informé sur le monde auquel nous appartenons me semble tout aussi important pour pouvoir interagir avec lui.

Il ne s’agit en aucun cas de nier l’existence des faits divers. Dans “faits divers”, il y a “fait”. C’est donc une observation objective de ce qui s’est passé à un moment donné.

Pour autant, je pense qu’il serait plus raisonnable de garder un esprit critique vis-à-vis du flot continue de faits divers dont les journaux télévisés nous alimentent au quotidien.

Sans cet “effort” de prise de recul, la digestion risque d’être difficile.

Sources :
INA (pour télécharger le rapport de l’INA, cliquez ici)
Sciences Humaines n° 250. Article : “Info : l’overdose ?” Par Marie-Catherine Mérat

Quand on partage un bien immatériel, on le multiplie. (Idriss Aberkane – Libérez votre cerveau)

Pensez à partager cet article avec vos amis sur les réseaux…