Téléchargez gratuitement votre ebook

"COMMENT REPRENDRE MA VIE EN MAIN"

(En bonus :  les derniers articles du blog, des tests en ligne et d'autres surprises)

En soumettant ce formulaire, j'accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale éthique et personnalisée qui peut en découler. Vos informations sont enregistrées dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité.

Je connais un nombre conséquent de personnes (moi le premier parfois) qui associent la non-activité à tout un panel de qualificatifs tous plus péjoratifs les uns que les autres: perte de temps, paresse, oisiveté, non-productivité,  fainéantise, laisser-aller et j’en passe. Cet état peut même devenir dans certaines circonstances, une souffrance tant le vide qu’il génère peut être perçu comme anxiogène. Et pourtant, prendre du temps pour soi peut s’avérer être un excellent moyen d’être plus présent et conscient de notre environnement.

La tête dans le guidon

Qui ne connaît pas cette expression classique que nombre de professionnels emploient parfois, soit avec difficulté ou douleur (le burn out n’est alors pas loin), soit avec fierté et un chouia d’orgueil (petite caresse à l’égo qui tenterait de combler un sentiment de vide)?

Cet état qui touche particulièrement les managers, les cadres dirigeants, les chefs d’entreprises, les professions libérales ou encore les artisans-commerçants est plus fréquent qu’il n’y parait et se manifeste généralement par une préoccupation quasi-permanente vis à vis de tout ce qui fait un lien avec leur activité professionnelle. Préoccupation consciente lorsqu’ils sont en éveil la journée et inconsciente lorsqu’ils sont dans les bras de Morphée la nuit. Autant dire que la cafetière aura tendance à entrer en surchauffe au bout d’un moment.

Pour le coup, il ne s’agit même pas d’essayer d’évoquer l’hypothèse d’envisager éventuellement une possibilité de peut-être prendre un peu de temps pour eux (notez les maxi précautions employées 🙂 ), la réaction ne se fait pas attendre et c’est un peu comme si je leur proposais de sauter en parachute … sans parachute; Impossible et inconcevable. En même temps, je ne me vois pas proposer ce genre d’ânerie!

Soit! Cela signifierait-il qu’il n’y ait rien à faire? Pas forcément.

L’idée serait plutôt de voir à quoi peut bien servir d’avoir la tête dans le guidon. En quoi cet état est-il moteur pour l’individu, pour son entreprise, pour son business? Appelons cela une intention positive. De là, nous obtenons quelques grands thèmes de réponses:

  • Être plus efficace
  • Pouvoir gérer plus rapidement un problème
  • Se sentir maître(sse) de son environnement professionnel
  • Être informé en permanence de ce qu’il s’y passe
  • Et en creusant un peu sous la carapace, se sentir essentiel, indispensable, incontournable, irremplaçable dans sa sphère professionnelle
Vous aimerez aussi...
5 grands paradoxes du développement personnel... et comment les éviter (Partie 1/3)

Ce comportement me rappelle un peu la difficulté qu’ont certains adeptes sur le web de jeux de rôles massivement multijoueurs (MMORPG pour les intimes) pour décrocher de leur partie. En effet, la caractéristique principale de ce type de jeu est qu’il fait partie de ce que l’on appelle “les mondes persistants”. C’est à dire que l’environnement, les autres personnages et tous les éléments de ce monde virtuel continuent à se développer et à vivre même en l’absence du joueur. Certains éprouvent donc un sentiment de culpabilité à se “déconnecter”. Pour mémo, je rappelle que certains de ces “hardcore gamers” en sont morts pour avoir “oublié” de se nourrir de boire et de dormir dans la vraie vie. Certes, ce sont des cas extrêmes, mais le parallèle avec le burn-out professionnel est possible.

Prendre du temps pour soi

Quoi, qu’est ce que c’est que ce truc?

J’avais déjà exploré cette notion dans l’un de mes tout premier billet sous le nom d’écologie de soi. Je propose ici de nouvelles pistes de réflexions sur ce sujet essentiel au bien-être et aux relations humaines.

Si nous reprenons les intentions positives citées plus haut, il peut y avoir quelques alternatives intéressantes à explorer grâce à cette option de prendre du temps pour soi.

  • Prendre du temps pour soi permet de retrouver un état ou nous sommes pleinement conscient de nous-mêmes dans l’instant, de se concentrer sur l’essentiel et supprimer le superflu (super flux 😉 ). Comme nous l’avons vu dans le précédent billet, cet état de centrage est le point de départ d’un meilleur accomplissement de ce que nous souhaitons faire. Il est alors possible d’être plus efficace lorsque nous retrouvons l’environnement professionnel.
  • Prendre du temps pour soi c’est, de fait, prendre aussi du recul sur les situations perçues ou vécues comme problématiques. Les actions mises en place pour gérer ledit problème seront d’autant plus adaptées qu’elles seront débarrassées de tous les parasites liés à la tête dans le guidon (réactivité négative, impulsivité, subjectivité, tentatives de solutions, etc). Donc, le temps pris pour soi n’est pas du temps perdu pour gérer un problème; il en est au contraire une ressource des plus puissante.
  • Prendre du temps pour soi c’est aussi se connecter à soi et à l’environnement qui nous entoure. Cela génère une meilleure disposition à capter les opportunités, les signes subtils de changements ou encore tout ce qui n’est pas visible au premier coup d’oeil. C’est une des ressources que possède de nombreux entrepreneurs à succès.
  • Prendre du temps pour soi c’est un peu comme la métaphore de l’aquarium. De temps en temps, il est nécessaire de changer l’eau de l’aquarium afin de le débarrasser de tous les déchets produits par les poissons eux-mêmes. Si cette action d’hygiène n’est pas réalisé, les poissons risquent rapidement de nager sur le dos, ils s’intoxiquent au sein même de leur environnement. Il existe des filtres me direz-vous, mais leur effet est limité dans le temps et de toutes façons, il faudra aussi changer les filtres quand ils seront saturés. Bref, changer l’eau de l’aquarium pour en mettre une plus saine et plus propre revient à prendre soin de la vie qui est à l’intérieur.
  • Prendre du temps pour soi peut aussi avoir un effet secondaire hallucinant. Si, si, je vous jure, un peu comme le deuxième effet kiss cool ! Il peut arriver qu’en l’absence de veille permanente et de présence de l’oeil de Moscou, les choses se passent… bien! C’est un peu comme si les personnes impliquées dans l’environnement professionnel  étaient capables de se débrouiller seules. C’est très étrange, mais c’est à tester.
  • Enfin, prendre du temps pour soi, c’est aussi et surtout se montrer indispensable à soi-même afin d’être un peu plus disponible pour les autres.
Vous aimerez aussi...
3 étapes clés pour reprendre votre vie en main - Etape 3 : prendre un Nouveau Départ (partie 2/2)

Et si ne rien faire était justement un bon moyen de se retrouver avec soi-même? A moins que …

Sur ces belles paroles, je vous laisse, je retourne bosser… 🙂


Si vous aussi vous ne savez pas trop comment faire pour équilibrer vos différents domaines de vie et prendre du temps pour vous, contactez-moi ici; nous pouvons travailler ensemble.


Quand on partage un bien immatériel, on le multiplie. (Idriss Aberkane – Libérez votre cerveau)

Pensez à partager cet article avec vos amis sur les réseaux…