Inscrivez-vous maintenant

et recevez un guide GRATUIT sur les besoins humains

En soumettant ce formulaire, j\'accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale éthique et personnalisée qui peut en découler.

Vos informations sont enregistrées dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité.

Nous voici au terme de ce dossier psy consacré aux 3 piliers pour sortir d’une dépression. Pour mémo, le premier pilier traitait du traitement, le second de la psychothérapie et nous allons voir aujourd’hui le dernier des piliers; les changements. Ce qui constitue d’ailleurs une jolie passerelle entre mes deux activités professionnelles 😉

 Pourquoi le changement est-il un pilier de la sortie de dépression ?

Comme je le disais dans le précédent billet, une dépression n’arrive jamais par hasard. Au-delà des facteurs biochimiques, génétiques et symptomatiques, cet état (car on parle aussi d’État dépressif) est aussi un résultat. Le résultat de plusieurs facteurs qui, mis en synergie, peuvent faire le lit d’une dépression.

Nous sommes le fruit de notre éducation, de nos expériences, de nos interactions avec notre environnement ou encore du regard qu’ont porté sur nous nos figures d’autorité. Au fur et à mesure que nous avançons dans la vie, nous construisons à l’intérieur de notre tête, tout un monde très subjectif issu de toutes nos perceptions et où les trois quarts de ce qui s’y passe échappent complètement à notre conscience. Une grande partie de ce monde s’étant d’ailleurs construit dans notre enfance, quand le terrain était encore “vierge”. Et pour peu que certaines constructions reposent sur des fondations fragilisées, il y a risque d’effondrement quand survient un événement pouvant s’apparenter à un tremblement de terre.

En restant sur l’image des constructions, il se peut même qu’une structure s’effondre après juste une petite secousse. Pourtant, en creusant un peu, on s’aperçoit que cette même structure a déjà été fragilisée par le passé lors de plusieurs tremblements de terre.

Exemple (pour revenir un peu dans le concret) :

Jean est dirigeant d’une petite PME dans le domaine du service aux entreprises depuis une bonne vingtaine d’années. Il a récemment “craqué” suite à une augmentation conséquente de son carnet de commandes auquel il pensait ne pas pouvoir faire face. Pourtant, en tant que chef d’entreprise, il a connu moult difficultés et rebondissements dans sa vie d’entrepreneur; difficultés qu’il a toujours su gérer sans problème. Lui-même ne comprend pas ce qu’il lui arrive. En creusant un peu son vécu émotionnel ces dernières années, j’ai entendu que Jean avait vécu il y a quatre ans une situation émotionnellement chargée avec l’un de ses managers (voici l’image du tremblement de terre dont je parlais plus haut). Cet épisode ayant impacté le fonctionnement de son entreprise à différentes périodes (je dirais que ce sont les répliques du tremblement de terre). Tous ces épisodes s’étalant sur quelques années. Au final, l’événement du carnet de commandes qui explose n’est qu’un révélateur émotionnel de ce que Jean a enfoui au fond de lui. Les nuits sans sommeil et le stress en “perfusion continue” ont fait le reste et ont eu raison de ses capacités de régulation et d’adaptation.

Le changement est donc un objectif à part entière quand il s’agit de reconstruire une structure qui s’est effondrée. Si vous la reconstruisez avec les mêmes matériaux, sur les mêmes fondations et dans le même environnement, la question ne sera plus de savoir SI elle va à nouveau s’effondrer, mais plutôt QUAND elle va à nouveau s’effondrer.

Vous aimerez aussi...
4 étapes pour créer votre projet de vie – (Part. 4/4) – Les sources de motivation

Changer est donc un pilier incontournable pour se donner toutes les chances de sortir d’une dépression.

Changer c’est bien, mais changer quoi ?

Commençons par voir ce que vous ne pouvez pas changer. Ça évitera pas mal de gaspillages en terme d’énergie et de temps.

  • L’Autre

Pour reprendre une célèbre formule de Jacques Salomé, “Le changement est comme une porte qui s’ouvre de l’intérieur”; autrement dit, il est vain de vouloir faire changer quelqu’un qui n’a pas le désir de changer.

  • L’injustice de la Vie

La Vie a parfois un humour un peu douteux; nous n’y pouvons rien; elle est comme ça la Vie; parfois belle et lumineuse, parfois bien lourde et douloureuse. Acceptons-la.

  • L’inadéquation de l’Homme

Autant nous sommes des êtres parfaits sur bien des plans, autant nous sommes aussi remplis de paradoxes, de failles, de parts d’ombre. Vous, comme moi, comme tout le monde. Acceptons-le. Acceptons-nous.

  • L’inévitabilité de la fin et de la mort

Je reprends encore une citation philo d’un certain Héraclite d’Éphèse qui disait que “Rien n’est permanent, sauf le changement”. Tout ce qui commence prendra inévitablement fin à un moment ou un autre. Acceptons-le.

  • L’irréversibilité du passé

Je ne vous fais pas un dessin. Aussi difficile ou glorieux que soit votre passé et bien qu’il ait fait de vous ce que vous êtes, l’important est ce que vous faites AUJOURD’HUI avec ce que vous êtes. C’est là que se construisent les changements. Acceptons-le.

  • L’imprévisibilité du futur

A ce jour, je ne connais qu’une seule science qui puisse prédire l’avenir de manière relativement fiable (et encore, sur quelques jours seulement); c’est la météorologie. À part ça, le futur est juste composé d’hypothèses. En faire des certitudes ouvre la porte à l’anxiété et à la frustration (quand les attentes sont en décalage avec les faits). Les seules choses qui dépendent de vous dans ce contexte sont les décisions que vous prenez aujourd’hui pour construire votre demain. Acceptons-le

Passons maintenant à ce qui est possible de changer dans sa vie en général et en sortie de dépression en particulier

  • Changer d’environnement

Bien que, selon la psychologie positive, l’environnement représenterait seulement 10% de notre aptitude à être heureux, j’ai pu aussi voir des personnes complètement pressurisées et broyées par un environnement toxique au possible. Et toutes les bonnes intentions du monde pour “changer de regard” ou “se détacher” dudit environnement ont fait office de pet de mouche sur un feu de forêt. Ces personnes ont trouvé leur salut dans la pure et simple extraction de leur environnement.

  • Changer de regard

Bien sûr que changer de perspective sur une situation peut aussi vous permettre de la vivre différemment. C’est même un peu la base de tout accompagnement en coaching ou en thérapie. Changer de regard revient dans un premier temps à prendre un peu de recul sur des situations vécues difficilement, puis dans un second temps, à explorer d’autres réponses possibles; et enfin à adopter l’une de ces réponses quand elle vous convient et que vous constatez qu’elle fonctionne bien pour vous.

  • Changer d’habitude / de comportements

C’est tout l’enjeu des approches comportementales. Avec le temps, une grande partie de votre fonctionnement quotidien s’effectue en mode automatique; ce sont vos habitudes. Et même si vous vous apercevez que ces habitudes vous desservent plus qu’elles ne vous servent, en changer n’est pas une mince affaire; c’est pourtant nécessaire dans une démarche de développement ou de thérapie. Pour les comportements, ils sont le résultat du duo Pensées/Émotions, lui-même s’imposant de différentes façons suivant les situations que vous vivez. Il y a donc trois portes d’entrée pour installer un changement en soi : celle des pensées, celle des émotions et celle des comportements. D’où le nom de ces nouvelles thérapies dites de 3e vague, les TCCE (Thérapies Cognitivo-Comportementales et Émotionnelles)

  • Changer de croyances

Vu de ma fenêtre, c’est la pierre angulaire d’un changement durable. Proche du changement de regard, le changement de croyance vous invite à reconsidérer vos certitudes concernant ces trois éléments : Vous, l’Autre, le Monde. Il s’agit donc de revoir la façon dont vous vous représentez ces trois éléments et ainsi d’en modifier l’impact sur ce que vous vivez au quotidien. Quand il s’agit de dépression, il y a fort à parier qu’un certain nombre de croyances dites “limitantes” viennent polluer votre vie. Sortir d’une dépression (et éviter d’y revenir) passe donc aussi par le changement de certaines certitudes que vous pouvez avoir sur vous-même, les Autres ou le monde qui vous entoure. Pour en savoir plus sur les croyances, je vous invite à lire ce dossier que j’avais réalisé dans la première année d’existence de ce blog.

  • Changer de relations

Autre levier sur lequel agir pour obtenir des changements, les relations; et en cas de dépression, j’ai souvent constaté qu’il s’agissait de relations toxiques. Qu’elles soient entretenues avec un ami, un conjoint, un patron, voire avec certains membres de la famille, les relations toxiques agissent comme un poison à diffusion lente sur l’équilibre psychique d’un individu. Souvent, vu de l’extérieur, le lien est évident entre le mal-être d’une personne et la toxicité d’une relation qu’elle vit. Pour autant, elle se sent aussi incapable de mettre un terme à cette relation. Il y a bien sûr toute la partie des croyances que nous avons vues juste au-dessus, mais il y a aussi toute la partie concernant l’attachement et le lien à l’autre. Entrent alors en scène toutes les problématiques liées à l’abandon, au rejet, à la trahison, à la culpabilité, et j’en passe.

Vous aimerez aussi...
8 causes de résistances au changement (partie 2/2)

En conclusion

Il y aurait tant à dire sur le changement. D’ailleurs, ça me donne l’envie de commettre un prochain article sur le sujet. Je vais m’y pencher 😉

Pour conclure ce dossier sur les trois piliers pour sortir d’une dépression, je le résumerai comme ça.

Si vous sortez de cette période difficile et douloureuse qu’est la dépression, et si vous souhaitez mettre toutes les chances de votre côté pour éviter d’y revenir, voici trois éléments incontournables à respecter :

  1. Suivre le traitement antidépresseur prescrit par votre médecin de manière rigoureuse, sur un délai allant de six mois à un an (pour une première dépression). 
  2. Vous faire accompagner par un professionnel de la thérapie dans le but d’explorer et “travailler” sur les éléments qui vous ont conduit dans ce tunnel obscur. 
  3. Opérer des changements dans votre vie afin de sortir d’un cycle dont l’issue fut la dépression et en démarrer un autre où l’issue sera votre capacité à vivre votre vie de manière autonome en vous sentant à VOTRE place quelle que soit LA place où vous serez. Ceci en faisant des choix clairs, en étant conscient de vos propres besoins et en étant en mesure de les satisfaire.

Quand on partage un bien immatériel, on le multiplie

(Idriss Aberkane – Libérez votre cerveau) – Pensez à partager cet article avec vos amis sur les réseaux.

Avant de partir... téléchargez gratuitement ce guide complet sur les besoins humains

- La différence entre besoin et désir

- 37 besoins identifiés dans tous les domaines de votre vie (physique, psychologique, relationnel, personnel, social)

- 5 grands noms de la psychologie humaine

- et en bonus...

  • Les derniers articles du blog
  • Des outils de coaching
  • Des exclusivités rien que pour vous