Téléchargez gratuitement votre ebook

"COMMENT REPRENDRE MA VIE EN MAIN"

(En bonus :  les derniers articles du blog, des tests en ligne et d'autres surprises)

En soumettant ce formulaire, j'accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale éthique et personnalisée qui peut en découler. Vos informations sont enregistrées dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité.

Je sais que parmi les lecteurs du blog, il y en a quelques-uns qui ont pour projet de suivre une formation au coaching. Après quelques échanges de mails, je me suis rendu compte que certaines questions étaient récurrentes; et notamment celle de savoir s’il était possible de “vivre du coaching”. Si pour ma part, j’ai réussi à trouver aujourd’hui un équilibre entre mes différentes activités, cela n’a pas toujours été aussi évident que ça;  j’aurais bien aimé être un plus éclairé sur la question à l’époque où je démarrais. J’espère que ce billet pourra faire gagner un peu de temps et de lucidité à celles et ceux qui en sont à leur début.

Le développement du marché du coaching professionnel attire de plus en plus de candidats voulant devenir coach. Si je ne compte plus le nombre d’écoles de coaching qui poussent comme des champignons, l’autre sujet de fond est de s’interroger sur ce que deviennent tous ces coachs qui débarquent sur le marché. La question centrale se résume alors à :

Peut-on vivre du coaching ?

Qui est le candidat qui veut devenir coach ?

Il existe trois grands profils de candidats qui veulent devenir coachs.

Le premier aborde ce projet dans le cadre d’une reconversion professionnelle. Le candidat aspire alors à exercer une activité qui a du sens et dans laquelle il peut contribuer au développement (personnel ou professionnel) d’autres personnes. C’est généralement un projet qui lui a demandé quelques mois de maturation, de recherches et de réflexions avant de passer le cap de l’inscription en formation au coaching.

Le second, que l’on retrouve de plus en plus en formation au coaching, envisage de se former dans le but d’acquérir de nouvelles compétences et une nouvelle posture (celles spécifiques au coaching) afin de les appliquer dans son activité actuelle. Il s’agit principalement de cadres et de dirigeants d’entreprises, de responsables ou directeurs de ressources humaines.

Le troisième est un hybride des deux premiers, car il peut s’agir d’un professionnel exerçant dans le secteur de la formation / de l’accompagnement / du conseil, qui souhaite “ajouter une casquette” à sa pratique; la casquette de coach. Ce type de candidat a bien identifié au préalable que la posture de coach est bien différente de celles qu’il exerce déjà dans l’un ou l’autre des domaines précités.

D’ailleurs, savez-vous comment sont appelées les personnes qui exercent plusieurs activités en parallèle ? Réponse sur la page Facebook du blog des Rapports Humains… (un indice se trouve dans ce paragraphe)

Pour aller un peu plus loin dans la description de qui sont les coachs, l’International Coach Federation (ICF) a commandé en 2015 une étude à l’échelle mondiale sur le coaching et les coachs. Cette étude fut réalisée par PricewaterhouseCoopers et restituée en 2016.

Vous retrouverez une synthèse en français de cette étude en cliquant sur le lien suivant : Devenir coach et coach en devenir

À la vue de la première partie de ce billet, vous aurez compris que l’expression “vivre du coaching” n’est pas forcément adaptée à tous les candidats voulant devenir coachs.

En effet, celui qui exerce déjà une activité professionnelle que ce soit à son compte en tant que formateur / consultant ou en tant que cadre / dirigeant ne compte pas que sur le coaching pour en faire sa principale source de revenus. À la rigueur, celui qui exerce à son compte pourra en faire une source de revenus complémentaires.

En revanche, pour celui ou celle s’inscrivant dans une démarche de reconversion professionnelle et souhaitant faire du coaching son activité exclusive, le sujet est central. Et c’est là qu’intervient toute la partie développement de l’activité du coach.

Quand le coach devient un coach-entrepreneur.

Combien de prétendants pensent (croient ?) qu’il “suffit” de se former au coaching  et devenir coach pour attirer les clients et vivre du coaching ? Voilà un bel exemple de méconnaissance. Et je ne parle même pas de ceux qui ne prennent pas la peine de se former et s’improvisent dans le métier (il y en a plus que vous ne le pensez !!)

Une certification au coaching, même reconnue par l’état ou issue des “écoles reconnues” dans le milieu, atteste que vous vous êtes formé spécifiquement aux fondamentaux du métier; elle ne fait pas de vous des entrepreneurs. 

L’entrepreneuriat est un domaine bien à part dont il est nécessaire (d’après moi) de connaître aussi bien les fondamentaux que développer certaines qualités pour qui veut devenir coach et souhaite en vivre. 

En termes de fondamentaux, voici un aperçu non exhaustif des compétences nécessaires à développer ou acquérir en tant qu’entrepreneur. Il est bien entendu que le coach-entrepreneur ne doit pas être un expert dans tous ces domaines, mais en connaître suffisamment pour les déléguer efficacement aux bonnes personnes.

  • Gestion/administration
  • Comptabilité et finances
  • Commercial
  • Marketing
  • Développement de réseau

Et en ce qui concerne les qualités intrinsèques d’un coach entrepreneur, en voici une petite liste encore une fois non exhaustive.

  • Lucidité 
  • Capacité de régulation émotionnelle
  • Autodiscipline
  • Créativité
  • Confiance en soi
  • Passion
  • Goût du risque… calculé
  • Adaptation
  • Optimisme
  • Autonomie
  • Qualités relationnelles et de communication

Pas de panique. Sachez que si vous ne vous reconnaissez pas avec l’ensemble de ces points au départ d’une formation au coaching,  l’entrepreneuriat est avant tout une belle aventure humaine dans laquelle vous allez avoir tout le loisir de développer toutes ces qualités… et bien d’autres.

En conclusion

Vous avez pu vous en rendre compte; vivre du coaching ne dépend pas forcément de la volonté de devenir coach. Le métier de coach, quand il est exercé à titre indépendant et de façon exclusive, demande des qualités et compétences complémentaires plus proches de l’entrepreneuriat que du coaching lui-même.

Le candidat qui veut devenir coach et vivre de son activité a donc tout intérêt à s’intéresser rapidement au monde fantastique qu’est l’entrepreneuriat.


Si vous aussi envisagez de vous former au coaching mais n’êtes pas bien au clair avec votre projet, contactez-moi ici; nous pouvons travailler ensemble sur quelques séances spécifiques.

Vous aimerez aussi...
Relation de coaching : distance ou proximité ? (Partie 1/2)

Quand on partage un bien immatériel, on le multiplie. (Idriss Aberkane – Libérez votre cerveau)

Pensez à partager cet article avec vos amis sur les réseaux…