Téléchargez gratuitement votre ebook

"COMMENT REPRENDRE MA VIE EN MAIN"

(En bonus :  les derniers articles du blog, des tests en ligne et d'autres surprises)

En soumettant ce formulaire, j'accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale éthique et personnalisée qui peut en découler. Vos informations sont enregistrées dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité.

Lors d’une séance de coaching avec une cliente, elle me racontait comment elle essayait de faire face à un problème récurrent dans sa vie personnelle. Le sujet n’est pas indispensable à citer ici car il n’apporterait rien de plus au thème de cet article. Elle me disait qu’elle passait de longues heures à tourner ce problème dans tous les sens dans sa tête, mais qu’elle n’y voyait aucune issue. Sa motivation et son élan vital commençait à en pâtir. Du coup, je lui ai demandé quelle différence elle faisait entre rumination et réflexion. Et vu l’écarquillement de ses yeux, la moue de ses lèvres et le haussement de ses épaules, nous avons compris l’un et l’autre qu’elle n’en savait absolument rien. Nous avons bien ri. Je me suis dit alors que je pourrais aussi vous faire profiter des échanges qui ont suivis entre nous.

Y’a du monde au balcon

Notre cerveau est une véritable machine à produire des pensées. D’après le Dr Daniel Gregory Amen, un psychiatre américain; nous aurions 60.000 pensées par jour, soit une pensée toutes les secondes. Les données de ses recherches ont été citées dans plusieurs revues scientifiques dont la «National Science Foundation (NSF)». Bon, de vous à moi, je n’ai pas réussi à mettre la main sur les études en question, mais gageons qu’elles existent effectivement. Toujours est-il que 60 000 pensées par jour, ça fait du monde au balcon. Bien entendu, la plupart d’entre-elles ne nous apparaissent pas consciemment et parfois, quand elles sont plutôt pessimistes, on bascule vite dans la rumination.

Un fois une psychiatre de ma connaissance a formulé une expression pour illustrer ce phénomène de flux continu de pensées. Elle disait que les pensées sont comme des “sécrétions du cerveau”. Pas très glamour comme image, je vous l’accorde, mais elle représente assez bien tout ce qui se passe dans la cafetière sans que nous ayons notre mot à dire.

Rumination VS Réflexion

  • Ruminer, dans le contexte de la psychologie, c’est avoir une forme d’obsession concernant des pensées improductives ou des préoccupations de même ordre, dominées par le doute, les scrupules, et qui ne peuvent être écartées de la conscience. La rumination, dans ce sens, est une sorte de boucle irrépressible d’idées sombres et de prévisions pessimistes (source :psychologies.com)
  • Réfléchir c’est penser longuement et mûrement à quelque chose, en examinant, en pesant les éléments de la réflexion. C’est aussi concentrer son attention sur une idée, une question.
Vous aimerez aussi...
Réel, Symbolique, Imaginaire (Partie 2/2)

Nous sommes d’accord que la frontière entre la rumination et la réflexion est mince, voire poreuse. La principale différence se situe, d’après ce que je comprends, au niveau de la “qualité” des pensées et de l’état psychologique dans lequel nous sommes au moment de vouloir faire face à un problème.

Si ces pensées vous rabâchent la même chanson en boucle digne d’un album de Barbara (pour les plus anciens) ou de Lana Del Rey (pour les plus jeunes) et vous donnent l’impression de vous enfoncer dans une spirale sans fin, alors vous êtes dans la rumination.

Si, par contre, vos pensées vous permettent d’éclaircir votre situation, d’analyser les différents paramètres du problème, de trouver une ou plusieurs options pour le résoudre et que vous pouvez sans trop de difficultés “passer à autre chose” quand c’est nécessaire, alors vous êtes probablement dans la réflexion.

Ceci dit, il y a un moyen encore plus simple de vérifier si vous êtes en train de ruminer ou de réfléchir à un problème. Il s’agit de vous poser les trois questions suivantes, qui demandent un simple OUI ou NON pour réponse.

Les trois questions pour faire la différence entre rumination et réflexion

Nous devons ces trois questions au psychiatre Christophe André co-auteur du livre “3 amis en quêtes de sagesse” avec Matthieu Ricard et Alexandre Jollien.

Ces trois questions sont à (se) poser dans l’ordre car elles expriment une certaine progression dans le processus comportemental, cognitif et émotionnel.

Depuis que vous pensez à votre situation ou votre problème …

Question #1

… est-ce que cela vous a aidé à trouver une solution intéressante ou applicable ?”

Nous voyons ici que la distinction se fait au niveau d’un résultat escompté, concret et observable. Nous sommes là dans la sphère des comportements… pour peu que la solution trouvée soit mise concrètement en application (mais ça c’est un autre sujet).

Question #2

Même si vous n’avez pas trouvé de solution, est-ce qu’au moins vous y voyez un peu plus clair ?”

Il est en effet possible qu’une solution concrète et planifiée ne vous apparaissent pas de prime abord. Pour autant, il se peut que le brouillard dans lequel vous étiez soit moins épais, voire se soit carrément dissipé. Vous aurez alors une vision plus claire de votre situation et aurez, de fait, plus de chances d’y trouver les fameuses solutions. Nous sommes là dans la sphère cognitive.

Question #3

“Vous n’avez pas trouvé de solution et n’y voyez pas plus clair, mais cela vous a-t-il soulagé ?”

Alors OK, les solutions ne viennent pas et le brouillard est toujours aussi épais. Pour autant, il se peut que votre gymnastique mental autour de votre problème vous fasse vous sentir un peu mieux après qu’avant. Votre niveau d’inconfort émotionnel est redescendu juste parce qu’il vous fallait vous pencher sérieusement sur la question. Ce calme retrouvé, il n’est pas exclu non plus qu’après un certain laps de temps, votre situation s’éclaircisse et que des solutions apparaissent. Nous sommes là dans la sphère émotionnel.

Vous aimerez aussi...
3 piliers pour sortir d'une dépression - Le traitement - [Dossier psy]

Au final, si vous répondez NON aux trois questions, vous êtes certainement plus en train de ruminer SUR votre problème que réfléchir À votre problème.

Ruminer, c’est bon pour les bovins

A ce stade, il y a peut-être une question qui vous brûle les lèvres et que s’est autorisée à me poser la cliente dont je vous parlais dans l’introduction. 

Christophe, tu es bien gentil avec tes questions, mais qu’est que je fais une fois que j’ai constaté que je rumine ?

Plutôt que de vous rabâcher les oreilles (ou plutôt les yeux en l’occurrence…) avec l’éternel lâcher-prise, je vous propose cette petite métaphore pêchée sur le web.

Lors d’une conférence dédiée à la gestion du stress, une intervenante – psychologue de métier – s’avance et présente à l’audience un verre d’eau.

Tous sont persuadés qu’ils vont tôt ou tard devoir répondre à la sempiternelle question de savoir si ledit verre est à moitié plein, ou à moitié vide. Il n’en est rien. Bien au contraire, et tout en réprimant un léger rictus, la psychologue s’enquiert alors :

« Selon vous, combien pèse ce verre d’-eau ? ».

Les réponses fusent, et à la stupéfaction des participants, aucune ne semble satisfaisante. Coupant court au débat, l’intervenante s’explique :

« Le poids du verre en lui-même est insignifiant. Ce qui importe cependant, est la durée pendant laquelle je vais le tenir. Si je décide de tenir le verre pendant une minute, aucun problème à l’horizon. Si je décide de le tenir pendant une heure, une douleur se fera probablement sentir au niveau de mon bras. De la même manière, le tenir durant toute une journée entraînerait la paralysie voire la tétanie de mon membre. Dans tous les cas de figure, le poids du verre ne change pas; paradoxalement, plus je le tiens, plus il s’alourdit. ».

Devant le regard médusé de l’assistance, la psychologue enchaîne :

« les tensions et les inquiétudes quotidiennes sont comparables au verre d’eau. Si vous y pensez à peine, elles sont indolores. Si vous y pensez un peu plus, elles se révèleront plus douloureuses. Et par extension, si vous ne faites qu’y penser, vous finirez paralysés et incapables d’accomplir quoi que ce soit. »

Rappelez-vous de parfois poser le verre d’eau.


Si vous aussi avez tendance à ruminer vos problèmes plutôt que trouver des solutions concrètes et applicables, contactez-moi ici; nous pouvons travailler ensemble.


Quand on partage un bien immatériel, on le multiplie. (Idriss Aberkane – Libérez votre cerveau)

Pensez à partager cet article avec vos amis sur les réseaux…