Téléchargez gratuitement votre ebook

"COMMENT REPRENDRE MA VIE EN MAIN"

(En bonus :  les derniers articles du blog, des tests en ligne et d'autres surprises)

En soumettant ce formulaire, j'accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale éthique et personnalisée qui peut en découler. Vos informations sont enregistrées dans un fichier informatisé conformément à notre Politique de confidentialité.

Pour faire face à un problème, de très nombreuses stratégies existent. Une équipe de chercheurs canadiens a mis à jour cinq stratégies répondant à cet objectif. Leurs résultats ont montré que seules deux d’entre elles étaient vraiment efficaces. Dans le précédent article, nous avons vu que la stratégie de modification de la situation en faisait partie, si et seulement si, la situation était sous votre contrôle. En revanche, certaines personnes adoptent parfois une autre stratégie qui, même si la situation est contrôlable, est complètement inefficace; c’est la stratégie de la résignation / déresponsabilisation. Aujourd’hui, il nous reste à voir trois autres stratégies utilisées pour faire face à un problème.

Contrairement au contexte du précédent article, il sera question ici de stratégies utilisées quand la situation n’est pas contrôlable; donc quand vous êtes face à une situation problématique qui ne dépend pas de vous.

Stratégie #3 – Le lâcher-prise

  • Contrôlabilité de la situation : non.
  • Efficacité de la stratégie : oui.
  • Durabilité du résultat : oui.

Bravo à celles et ceux qui l’avaient déjà deviné la dernière fois quand je vous mettais au défi.

Oui, ce fameux lâcher-prise qui nous est rabâché à longueur de temps. Pourtant, on le voit une fois de plus grâce à cette étude, il s’agit de la stratégie la plus efficace pour faire face à un problème qui ne dépend pas de vous. 

Mais qu’est-ce que signifie “lâcher-prise” en fin de compte ?

Vous pouvez par exemple commencer par accepter tout ce qui compose votre réalité; les “bonnes” choses comme les moins bonnes, aussi bien chez vous que chez les autres ou dans le monde qui vous entoure. Matthieu Ricard, célèbre moine bouddhiste français propose cette formule que j’aime beaucoup :

dire oui à ce qui est”

Autre piste que j’avais déjà partagée il y a quelques temps dans le cadre des prises de décisions : diminuer le niveau de vos attentes vis-à-vis des situations que vous rencontrez. Autrement formulé, c’est accepter que vous n’ayez pas le contrôle sur tout et encore moins sur les autres ou sur les résultats de vos actions. 

En lien avec les articles récents sur les biais cognitifs, lâcher-prise c’est aussi reconsidérer l’importance d’un problème en évitant de tomber dans le biais de catastrophisation ou celui de disqualification du positif

Enfin, last but not least, lâcher-prise c’est choisir les combats que vous voulez mener en étant lucide sur les enjeux de la situation que vous qualifiez de problème. Pour faire très simple, la question à se poser est “le jeu en vaut-il la chandelle ?” tout en ayant conscience de ce qui dépend de vous et ce qui ne dépend pas de vous dans la situation.

Stratégie #4 – L’acharnement

  • Contrôlabilité de la situation : non.
  • Efficacité de la stratégie : non.
  • Durabilité du résultat : non.
Vous aimerez aussi...
Top 6 des livres pour démarrer une nouvelle vie

A l’opposé de la stratégie du lâcher-prise, nous avons la stratégie de l’acharnement. Celle qui consiste à faire toujours plus de la même chose en espérant un résultat différent. S’obstiner à vouloir changer une situation qui ne dépend pas de vous, va vous conduire tout droit vers un ensemble de sentiments tous plus désagréables les uns que les autres; frustration, colère, culpabilité, découragement, impuissance étant les plus courants. 

L’acharnement c’est aussi vouloir atteindre coûte que coûte des objectifs irréalistes. De là, deux cas de figures se présentent.

  • Si vous êtes à l’origine de ces objectifs irréalistes, la situation est contrôlable et je vous renvoie alors à la stratégie #1 vue la dernière fois, modifier la situation; dans le cas présent ce serait donc revoir la faisabilité de vos objectifs.

  • Si en revanche, ces objectifs irréalistes vous sont imposés (situation assez fréquente dans le milieu professionnel), alors vous êtes dans la catégorie de ce qui ne dépend pas de vous. Vous acharner à atteindre ce qui est inatteignable conduit inévitablement à l’épuisement. C’est à ce moment-là que la lucidité est requise quant aux décisions que vous pourrez prendre si la situation perdure. Il en va de votre santé mentale et physique.

Enfin une dernière façon de s’acharner sur une situation qui ne dépend pas de vous serait de prendre en charge de problèmes qui appartiennent aux autres. Et comme son nom le laisse supposer, une charge représente un poids à supporter. Si cette charge relève de votre responsabilité et qu’elle devient trop lourde à porter, je vous renvoie à l’une ou l’autre des stratégies efficaces pour faire face à un problème (modifier la situation ou lâcher-prise).

Si en revanche, cette charge que vous portez relève de la responsabilité de quelqu’un d’autre, alors vous risquez là encore de vous épuiser à terme.

Concernant cette notion d’acharnement, je trouve souvent de la confusion chez mes clients avec le sacro-saint principe de “persévérance”. Combien de messages, images et autres citations sur les réseaux sociaux prônent le fait de ne jamais rien lâcher. Et nous sommes là devant un sacré paradoxe du développement personnel; à savoir “Ne jamais abandonner face à l’adversité tout en lâchant-prise sur ce qui échappe à votre contrôle.” (Si vous voulez savoir comment lever ce paradoxe, cliquez sur le lien)

Stratégie #5 – L’évitement

  • Contrôlabilité de la situation : peu importe.
  • Efficacité de la stratégie : oui à court terme. non à moyen et long terme.
  • Durabilité du résultat : non.

Cette stratégie fait plutôt partie des stratégies générales pour faire face à un problème. Là, peu importe que la situation soit contrôlable ou pas. La stratégie d’évitement entraîne deux types de comportement :

  • L’évitement par anticipation consistant à vouloir s’éloigner d’une situation que vous jugez problématique avant qu’elle ne se présente.

  • La fuite pure et simple qui consiste à s’extraire d’une situation dans laquelle vous vous trouvez et qui vous pose un problème (avec une exception notable pour la fuite dans un but de survie, par exemple fuir une relation ou un environnement toxique mettant en péril votre équilibre psychique et/ou physique)

A noter aussi que quand on parle d’évitement, c’est plus en réaction aux émotions désagréables liées à la situation, qu’au caractère “problématique” de la situation elle-même. Et par émotions désagréables citons dans le désordre, la peur, la colère, la tristesse, la frustration, l’anxiété, l’impatience ou le doute.

Et c’est là que le bât blesse.

En effet, il n’est pas rare de voir se développer des conduites d’anesthésie émotionnelle en guise de stratégie d’évitement; ces conduites prennent souvent la forme de conduites addictives (drogues, alcool, jeux, sexe). Si le soulagement de l’inconfort émotionnel est rapide et efficace à court terme, la situation à laquelle la personne veut échapper (et les émotions qui vont avec) se présentera à nouveau dès que les effets anesthésiants se seront dissipés. D’où la récurrence de consommation ou les rechutes fréquentes en cas de sevrage.

Ceci dit, ne croyez pas que la stratégie d’évitement est le seul apanage des personnes souffrants de conduites addictives. Le petit voyant de la voiture qui clignote et qu’on ne veut pas voir, le collègue qui chaque matin vous fait une remarque bien lourde sur votre tenue et auquel vous répondez timidement par un sourire forcé, la rencontre qui pourrait vous amener des opportunités et à laquelle vous n’assistez pas par crainte de parler en public, les situations conflictuelles récurrentes avec votre conjoint(e) que vous n’osez pas aborder par peur du conflit, etc. C’est ce que j’ai appelé dans un précédent article “l’art de faire l’autruche”.

Les situations où la stratégie d’évitement entre en jeu sont légions et nous concernent tous à différents degrés. Là encore, si la stratégie se montre efficace à court terme car elle soulage d’un certain inconfort, elle génère à moyen et long terme plus d’inconvénients que d’avantages : baisse d’estime de soi, culpabilité ou remords font partie du lot.

Enfin et pour conclure, il existe d’autres comportements s’apparentant à de l’évitement; tous ceux dont le but est de vous éviter de penser à la situation problématique à laquelle vous devez pourtant faire face (shopping compulsif, jeux vidéos, sport à outrance, travail sans relâche, etc). Là encore, si le résultat à court terme est efficace (vous ne pensez plus au problème), à moyen terme, la stratégie de l’évitement est clairement inefficace.

source : https://y2cp.com/ressources/publications/articles/clinique/stress/Ameliorer-ses-strategies-de-coping.pdf


Si vous aussi voulez faire face à un problème en employant des stratégies efficaces, contactez-moi ici; nous pouvons travailler ensemble.


Quand on partage un bien immatériel, on le multiplie. (Idriss Aberkane – Libérez votre cerveau)

Pensez à partager cet article avec vos amis sur les réseaux…