Cet article a été écrit par Julie Gerber, créatrice de contenu sur le blog de www.remplafrance.com, un site qui met en relation les professionnels de santé libéraux dans le cadre de remplacements, collaborations ou cessions. Julie vous explique les causes et conséquences du burnout mais vous donne aussi quelques conseils pour le prévenir et le soigner.

Le burnout et notamment chez les professionnels de santé

Le burnout est un phénomène à ne pas prendre à la légère. Il est caractérisé par une fatigue intense, une vision négative et un sentiment d’insatisfaction de nos actions. Nous abordons aujourd’hui cette thématique afin d’en identifier les causes, les conséquences et les moyens pour prévenir cette pathologie mais aussi la soigner. Nous la rapprochons aussi du personnel soignant, dont la charge de travail et l’épuisement depuis la COVID-19 n’a fait que s’intensifier.

Qu’est-ce que le burnout ?

Le burnout et ses premières descriptions sont apparus dans les années 70 dans des œuvres scientifiques de psychologues. Ce terme correspond à une période d’excès de stress prolongée au travail et concerne particulièrement les professionnels de santé.

Cette pathologie apparaît lors d’une période sans repos suffisant. Vous êtes alors fatigué d’un point de vue à la fois mental, physique qu’émotionnel. La plupart des souffrants pensent pouvoir tenir le coup mais très vite, tout peut s’effondrer. Il se caractérise par un sur-engagement professionnel qui déborde sur votre vie professionnelle. Cela peut mener à un isolement et à un manque total de vie privée. L’individu a donc une vision négative des autres mais aussi de son travail et a un sentiment d’insatisfaction vis-à-vis des attentes de ses proches ou de ses responsables.

Cette pathologie est à ne pas confondre avec la dépression ou les troubles anxieux. Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), 1 adulte sur 4 fera un burnout dans sa vie. À noter que selon Le Figaro, cette pathologie concerne aussi bien les hommes que les femmes et constitue la 2ème affection d’origine professionnelle. Ceci peut engendrer une incapacité totale de travailler et chez certains provoquer des pensées suicidaires.

Si tel est votre cas, il vous est recommandé de consulter urgemment votre médecin traitant ou votre médecin du travail.

Le burnout chez les soignants

Le burnout est un état émotionnel initialement observé chez les professionnels de santé. En effet, que ce soit en libéral ou en salariat, ils subissent une pression de plus en plus intense notamment durant la crise de la COVID-19. En effet, selon une étude réalisée par Nuances Communications, auprès de 400 médecins et infirmiers dans 10 pays différents : en France, 62% des soignants déclarent que la pandémie de la COVID-19 n’a fait qu’accentuer leur sentiment d’épuisement professionnel.

Mais ce n’est pas tout, ils doivent faire face à des contraintes administratives qui leur prennent du temps. Un temps qui pourrait être consacré à leur activité principale : soigner. De plus, ils reçoivent des missions d’une hiérarchie souvent déconnectée du terrain. Selon Le Figaro, un soignant sur deux est concerné par le burnout au cours de sa carrière. Pour soulager leur mal-être certains se tournent vers des conduites addictives. (14%) De plus, 1/4 des soignants ont déjà eu des envies suicidaires en lien avec leur carrière professionnelle. En France et selon Actu Soins, 67% des médecins et des infirmiers affirment avoir déjà ressenti des signes d’épuisement au travail avec pour principale cause le management des équipes. Une mauvaise gestion de l’emploi du temps est une source de stress non négligeable et les soignants veulent instaurer un management plus collaboratif.

Une source de stress différente chez les professionnels de santé est le manque d’équipement, l’exigence grandissante des patients, le manque d’autonomie mais aussi un manque d’humanité. 

Chez les infirmiers, selon une étude réalisée par l’Ordre National des Infirmiers : 57% des personnes interrogées se disent en burnout et 40% désirent changer de métier. Une infirmière hospitalière déclare pour l’INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles) avoir « l’impression de n’avoir jamais le temps de faire correctement [son] travail ». Il semblerait aussi que selon La Réponse du Psy, les professionnels de santé les plus touchés par le burnout soient les auxiliaires de vie, les infirmières, les aides-soignantes et les médecins. Par ailleurs, certains services seraient plus touchés que d’autres comme les urgences, les unités pour personnes âgées ou les maisons de retraites. Le détachement émotionnel des soignants causé par le burnout peut engendrer un manque d’implication et d’efficacité dans leur travail. Cela pourrait impliquer de graves conséquences sur la qualité des soins prodigués et mettre en péril leurs patients. Si tel est votre cas, n’hésitez pas à prendre du repos en déposant votre annonce sur RemplaFrance. Nous aidons les libéraux dans leurs recherches de remplaçants, collaborateurs, successeurs mais aussi assistants.

Vous aimerez aussi...
[Article invité] Lettre à toi qui vis la solitude (partie 1/2)

Les symptômes du burnout 

Vous observez une baisse de motivation et d’implication dans votre travail. Cela vous rendra donc moins efficace, ce qui génère un cercle vieux : cela augmentera encore votre charge de travail. 

L’un des signes est également un épuisement intense à la fois physiquement et mentalement. En effet, si vous avez trop de travail, il est difficile de trouver du temps pour vous reposer. De même, vous y penserez même une fois chez vous. Le burnout est également souvent associé à l’anxiété et à la dépression, un stress et un état émotionnel négatif qui peuvent se calmer mais revenir immédiatement une fois au travail ou simplement en y pensant. Le burnout peut aussi se caractériser par une perte de confiance en soi et de l’irritabilité parfois même de l’agressivité. Ce stress vous empêchera de dormir, ce qui vous fatiguera de jour en jour, diminuant votre force physique. Le burnout peut aussi provoquer des mots de têtes et migraines, des mots de ventres, des douleurs au dos ainsi que des problèmes de peau comme de l’eczémas.

 Les causes du burnout

Les principaux facteurs et causes du burnout sont d’origine professionnelle, même si certains aspects personnels peuvent entrer en compte.

Cela peut être dû à :

  • Une surcharge de travail
  • Des problèmes avec vos collègues
  • Des problèmes avec votre hiérarchie
  • Un manque de reconnaissance ou d’équité au travail
  • Une dévalorisation de votre travail
  • L’insécurité de votre emploi

Tous ces facteurs pouvant se cumuler et intensifier le stress qu’ils génèrent. 

Soigner le burnout

Dans un premier temps, assurez-vous que cet état de fatigue n’est pas dû à une tout autre pathologie, en réalisant un bilan sanguin. Ainsi, l’aide d’un professionnel peut s’avérer nécessaire. Parlez-en dans un premier temps à votre médecin traitant ou médecin du travail qui saura vous prescrire un arrêt de travail et vous rediriger vers un psychologue ou un psychiatre. Ces professionnels de santé jugeront ainsi s’il est nécessaire de vous prescrire des anxiolytiques ou antidépresseurs. Le processus de soin et de reconstruction après un burnout est long et dépend de chaque individu. Néanmoins, il existe quelques gestes et habitudes à adopter pour le prévenir.

Tendre vers un mode de vie sain et équilibré :

  • Être attentif à un sommeil de qualité et récupérateur
  • Privilégier une alimentation diversifiée riche en vitamines et oligo-éléments
  • Paradoxalement, un minimum d’activité physique ou sportive prévient la fatigue physique liée au travail (élimination des tensions musculaires, connection au corps, concentration sur autre chose que les préoccupations professionnelles, etc.)

Favoriser les contacts sociaux :

  • Participer ou mettre en place des groupes d’analyses de pratiques professionnelles
  • Sortir et se divertir entre amis, en famille

D’autres moyens de prévention existent et nécessitent une intervention d’ordre organisationnel :

  • Stabiliser les plannings des équipes soignantes
  • Rationaliser les tâches administratives
  • Apporter une reconnaissance en terme d’augmentation de salaire

Sources :