Depuis que j’accompagne des patients et des clients sur leur chemin pour reprendre leur vie en main, je reste toujours étonné devant leurs difficultés à prendre soin d’eux-mêmes. Je ne parle pas forcément de leur hygiène ou de leur aspect physique (ça arrive, mais c’est plutôt à la marge), mais plutôt de la dimension psychologique du “prendre soin de soi“. En écoutant leur récit de vie, je constate combien ils négligent, sans vraiment s’en rendre compte, des aspects pourtant incontournables pour équilibre psychique et émotionnel. Je vous propose donc de partager avec vous ce que j’entends par “prendre soin de soi”.

Prendre soin de soi, une évidence ?

Et bien pas tant que ça (sinon, cet article n’existerait pas 🙂 )

Il existe tout un tas de raisons pour lesquelles prendre soin de son équilibre intérieur ne va pas forcément de soi. En voici trois qui, à mon sens, forment déjà de solides pistes de travail pour prendre un peu plus soin de soi.

  1. La piste des drivers va vous montrer comment ces messages contraignants très anciens, auto-entretenus et au fort pouvoir d’influence sur vos comportements vous empêchent de prendre soin de vous. Je vous proposerai aussi quelques idées pour “faire avec” (car tout n’est pas à jeter avec les drivers)

  2. La piste des méconnaissances vous indiquera comment ces mécanismes psychiques inconscients vous empêchent de voir les stratégies pour résoudre un problème. “Quoi, de la fumée ? Mais quelle fumée ? dit l’automobiliste avant d’exploser son moteur. Vous verrez ensuite comment sortir la tête du sable et voir ce qui vaut le coup d’être vu pour prendre soin de soi.

  3. Enfin, la piste des croyances vous éclairera sur toutes ces innombrables convictions qui façonnent votre vision du monde, de vos relations, des autres, de vous-mêmes et qui parfois donc vous limitent dans la façon dont vous pouvez prendre soin de vous. Je partagerai aussi quelques moyens pour assouplir les croyances qui empêchent de prendre soin de soi.

Bon, ça fait un sacré programme tout ça. Commençons donc sans tarder avec la piste des drivers.

Prendre soin de soi malgré nos “drivers”

J’avais déjà abordé ce domaine issu de l’analyse transactionnelle dans ce duo de billets : “Fais plaisir et sois parfait

Les drivers sont des messages ancrés au plus profond de nous, ayant un pouvoir d’influence considérable sur nos comportements du quotidien. En d’autres termes, ils agissent un peu comme des pilotes automatiques (d’où le nom de drivers) nous faisant emprunter des voies souvent houleuses, parfois douloureuses pour satisfaire une injonction qui ne nous appartient pas. En effet, ces injonctions sont la plupart du temps issues de nos figures d’autorités (papa, maman en général) et nous sont distillées par petites doses tout au long de notre éducation.

Comme d’habitude, il ne faut pas jeter bébé avec l’eau du bain car, employés à bon escient, les drivers sont aussi des ressources plus que des limites à notre fonctionnement. 

Voici les drivers en question et une brève description pour chacun d’eux :

Fais plaisir” est le driver qui oriente nos comportements relationnels.

  • Bien dosé, il permet de faire preuve de serviabilité et de recherche de consensus tout en nous permettant de nous positionner dans une relation;
  • En excès il aura tendance à faire passer les besoins des autres avant les nôtres et relègue notre affirmation de soi au fin fond d’un cachot humide.

Avec le driver “Fais plaisir” aux commandes, prendre soin de soi revient à écouter ses besoins, connaître et poser ses limites en sachant dire “non” quand c’est nécessaire.

“Fais des efforts” est le driver qui oriente nos comportements de réussite… ou d’échec.

  • Bien dosé, il nous permet de faire preuve de persévérance dans un projet ou face à l’adversité tout en s’octroyant des moments de plaisir et de légèreté;
  • En excès il aura tendance à rendre les choses “laborieuses” ou “lourdes” et risque de nous voir nous épuiser à la tâche.

Avec le driver “Fais des efforts” aux commandes, prendre soin de soi revient à laisser un peu plus de place aux sources de plaisir et de légèreté du quotidien, même quand il s’agit d’accomplir une tâche importante. 

“Sois parfait” est le driver qui oriente la hauteur à laquelle nous plaçons nos objectifs et nos relations.

Vous savez, c’est la fameuse barre que l’on place plus ou moins haut.

  • Bien dosé, il permet d’être rigoureux dans la réalisation de nos projets, dans le sérieux des tâches à accomplir et dans le soin qui y est apporté.
  • En excès, il nous conduira à repousser sans cesse la finalisation d’un projet par noyade dans les détails, ou nous fera éprouver un sentiment d’insatisfaction permanente et d’intolérance vis à vis des autres.

Avec le driver “Sois parfait” aux commandes, prendre soin de soi revient à lâcher un peu la pression dans les exigences que nous avons sur nous-mêmes, dans les tâches que nous accomplissons ou plus généralement dans les attentes que nous avons sur les autres et le monde qui nous entoure.

“Dépêche-toi” est le driver qui oriente nos comportements dans notre rapport au temps.

  • Bien dosé, il permet d’être dynamique, de respecter des échéances et d’être réactif dans les situations qui l’exigent.
  • En excès, il aura tendance à nous faire vivre sous stress permanent, nous faire brasser du vent dans la réalisation d’un projet ou de nous faire faire des erreurs de précipitations.

Avec le driver “Dépêche-toi” aux commandes, prendre soin de soi revient à se donner du temps pour accomplir les tâches, anticiper, planifier et structurer le temps nécessaire à la réalisation d’un projet.

“Sois fort” est le driver qui oriente nos comportements face aux émotions que l’on ressent.

  • Bien dosé, il nous facilite la régulation de nos émotions, nous permet de développer une posture de leader ou encore nous permet de prendre des décisions les plus rationnelles possibles quand les situations l’exigent.
  • En excès, il aura tendance à nous faire agir en “mode robot”, sans état d’âme pour soi comme pour l’autre; du coup, les émotions sont refoulées et non écoutées. Il conduit aussi à nous faire adopter des comportements conflictuels et nous pose des difficultés dans le travail en équipe. 

Avec le driver “Sois fort” aux commandes, prendre soin de soi revient à être un peu plus à l’écoute de ses émotions, à s’ouvrir aux autres et ne pas avoir peur de demander de l’aide quand il y en a besoin.

Pour la petite histoire, sachez que nous avons tous un ou deux drivers principaux qui pilotent nos comportements au quotidien. Les miens par exemple sont “Fais plaisir” et “Sois parfait”; mais grâce à mon propre développement personnel, ils sont aujourd’hui beaucoup moins sur pilote automatique. Comme je vous le disais au début de l’article, l’idée n’est pas de tout jeter (de toutes façons, ce serait bien trop ambitieux), mais plutôt de “faire avec” en tenant compte des aspects fonctionnels de ces drivers.

Voilà pour les pistes pour prendre soin de soi, liées aux drivers. 

Je vous donne rendez-vous la prochaine fois pour voir comment certains types de méconnaissances vous brouillent la vue et vous empêchent de prendre soin de vous.


Si vous aussi pensez être piloté par des drivers qui vous empêchent de prendre soin de vous, contactez-moi ici; nous pouvons travailler ensemble.


Quand on partage un bien immatériel, on le multiplie. (Idriss Aberkane – Libérez votre cerveau)

Pensez à partager cet article avec vos amis sur les réseaux…