On en entend beaucoup parler, mais le concept de l’estime de soi est parfois difficile à appréhender. D’autant plus que suivant les écoles, les sons de cloches ne sont pas tous les mêmes; d’où parfois la cacophonie ambiante sur le sujet. Bon, je ne dis pas que je vais faire mieux que les autres, mais je vous propose aujourd’hui quelques éclairages sur l’estime de soi avec quelques schémas qui vont bien.

Estime de soi

L’estime de soi est, en psychologie, un terme désignant le jugement ou l’évaluation faite d’un individu en rapport à sa propre valeur. (Source wikipédia).

L’estime de soi se fonde sur trois piliers : l’amour de soi, l’affirmation de soi et enfin la confiance en soi. Ces trois piliers sont en interdépendance et doivent être en équilibre pour avoir une estime de soi solide. L’estime de soi se développe à partir de 8 ans où l’enfant acquiert la conscience de soi. C’est à cet âge que l’enfant commence à avoir une image et une représentation globale de soi. 

piliers de l'estime de soi

L’individu est toujours en quête d’identité pour devenir ce qu’il désire être. Dans sa recherche, beaucoup de question trotte dans sa tête. « “Qui suis-je ?”, “Où vais-je ?”, “Pourquoi je ne m’aime pas assez ?”.

Cependant, le meilleur moyen de cultiver son estime de soi est d’apprendre à mieux se connaître et le plus important, s’apprécier. Donc bien sûr, chacun de nous, sommes hantés par nos propres blessures, démons intérieurs et autres fantômes du placard, remontant souvent à l’enfance. Nous avons été sujets à des traumatismes qui nous ont fait rater quelques étapes pour atteindre une estime de soi idéale.

Mais rien n’est irréversible ! Ces démons font partis de nous; ainsi, les laisser faire surface pour prendre le dessus est bien sûr difficile et douloureux mais essentiel.  Dans le cas contraire, ils agiront à notre insu à l’avenir. L’estime de soi est vu comme une dimension affective de notre personne : elle dépend de nos émotions de base, qu’elle influence en retour. Elle joue aussi un rôle important dans nos interactions quotidiennes telles que le passage à l’acte mais aussi à une auto-évaluation plus fiable.

La confiance en soi 

C’est l’évaluation réaliste et ponctuelle que nous faisons de nos capacités pour affronter une situation particulière. Elle représente combien on se considère capable. C’est le reflet de notre croyance en nos compétences et nos valeurs. En d’autres termes, nous pouvons voir la confiance en soi comme étant l’estime de soi dans l’action. Elle est fortement liée à nos actes. Si nous avons confiance en nous, c’est parce que nous n’avions pas peur d’échouer face à une situation donnée.

Le terme estime de soi doit être distingué du terme confiance en soi; l’estime de soi est liée à la valeur, tandis que la confiance en soi est liée à la capacité. La confiance en soi peut varier selon le domaine exercé et la situation. Par exemple, une personne ayant une belle voix est confiante par rapport à son talent. Mais, elle peut avoir peur d’auditionner à cause de sa timidité. 

La clé d’une confiance en soi élevée est donc l’action : tout se joue dans l’« agir », si on ose agir, alors on prend confiance en soi. Et vice versa, si on a confiance en soi, alors on agit ! C’est un cercle vertueux que nous pouvons créer.

La confiance en soi possède tout de même deux ennemis jurés : la résignation et la critique. Nous ne pouvons développer notre confiance en soi si et seulement si nous surmontons ces deux obstacles.

Le succès n’est que la somme de nos échecs.

Si nous acceptons l’échec, alors nous agissons. Si nous agissons, alors nous gagnerons en confiance.

L’affirmation de soi 

Nous arrivons à présent à l’affirmation de soi ! Savoir dire NON ! Exprimer ses droits sans pour autant empiéter sur ceux des autres. Par définition, c’est notre attitude à nous montrer fermes par rapport à ce que nous considérons comme légitime ou non. 

  • Si vous avez une faible estime de vous-même, alors les autres vous semblent plus importants que vous, vous les faites toujours passer devant vous et donc, vous ne vous affirmez pas. 
  • Si vous avez une (trop) haute estime de vous-même, alors vous passez avant les autres. Vous devenez arrogant et agressif. Donc, vous ne vous affirmez pas. 
  • Si vous n’avez pas confiance en vous, vous ne vous sentez pas capable de dire non, ou de défendre votre point de vue. Vous ne pensez pas réussir à faire une demande à quelqu’un. Donc, vous ne vous affirmez pas. 

L’amour de soi

L’amour de soi consiste, selon le psychiatre Christophe André, à se considérer avec bienveillance, être satisfait de soi. C’est la composante affective de l’estime de soi. Il est différent de l’amour propre qui est un sentiment très vif de sa dignité 

Vous aimerez aussi...
S'accepter tel que l'on est

L’amour de soi est le fait de s’aimer et de s’accepter tel qu’on est malgré les défauts. C’est-à-dire un amour inconditionnel qui protège du désespoir, du reproche envers soi en cas d’échec. Par exemple, après un échec, une personne ayant un amour de soi faible va se reprocher et aura du mal à s’en remettre. Tandis qu’une personne qui s’aime suffisamment se pardonne et apprend de ses erreurs. 

L’amour de soi permet d’embrasser chaque élément qui fait de nous ce qu’on est, que ce soit positif ou négatif. Cependant, cela n’empêche pas de se remettre en question et de vouloir changer en mieux. Au contraire, l’amour de soi aide à grandir et à devenir une meilleure version de nous-même. 

Cette composante de l’estime de soi consiste à s’aimer pleinement tout en ayant conscience de sa condition d’être humain imparfait. Savoir qu’on est digne d’être aimé et à fortiori par soi-même. 

D’autre part, l’amour de soi permet d’être authentique et de s’affirmer facilement. Il protège contre certaines erreurs de pensées (biais cognitifs) comme la personnalisation, la disqualification du positif, les fausses obligations. 

L’amour de soi se fonde sur une bonne connaissance de soi. En effet, aimer sans condition s’avère difficile quand il s’agit d’une chose que l’on connaît mal. Savoir qui on est et reconnaître ses valeurs, ses limites, ses potentiels sont importants pour s’aimer. L’amour de soi requiert, de ce fait, une bonne connaissance de soi. Cela rend possible l’identification de ses besoins afin de les satisfaire. 

L’amour de soi dépend en grande partie de la réserve d’amour que la famille a prodigué durant l’enfance. Les carences en nourriture affective peuvent donc amener à une insuffisance en amour de soi. L’amour de soi d’un individu repose essentiellement sur la constance d’amour qu’il a reçu pendant l’enfance. En effet, l’enfant a besoin de ressentir qu’il est aimé de manière constante et inconditionnelle pour développer un sentiment de sécurité. Cependant, l’amour de soi se développe tout au long de la vie. L’entourage et les expériences possèdent une grande influence sur l’amour de soi. Les échecs comme les réussites laissent une marque sur l’estime et l’amour de soi.  

En cas de manque d’amour de soi, la personne doute d’elle-même, peut avoir une image de soi négative ou médiocre. 

S’aimer aide à mieux aimer les autres. L’amour de soi assure un épanouissement personnel mais aussi une stabilité dans les relations que ce soit amicale ou amoureuse. Effectivement, donner de l’amour est difficile si on n’a pas assez d’amour pour soi. Une personne qui s’aime se respecte et n’a pas du mal à se faire respecter des autres.  

Les personnes ayant peu d’amour pour elles-mêmes sont vulnérables aux critiques. Bien sûr, être critiqué n’est pas très plaisant. Toutefois, une personne qui s’aime suffisament ne va pas douter de ses capacités malgré les critiques. Chez les sujets qui ne s’aiment pas pleinement, même les compliments peuvent être perçus comme une ironie. Ils ont du mal à accepter les compliments puisqu’ils ne correspondent pas à l’image qu’ils ont d’eux-mêmes. 

Comment développer son estime de soi ? 

Peut-on modifier son estime de soi une fois atteint l’âge adulte ? Nombreux sont ceux qui n’y croient pas ou plus. Pour eux, l’estime de soi fait partie de ces traits psychologiques qui sont donnés une fois pour toutes. Ce n’est pas le cas. Au cours de notre vie, en effet, des modifications peuvent intervenir. Certes, si vous avez une haute estime de vous-même, il y a peu de risques que vous passiez dans la catégorie des personnes à basse estime de soi ; mais l’inverse est possible. Une récente étude a montré qu’il y a une corrélation entre l’augmentation de l’estime de soi et une amélioration des relations interpersonnelles et du statut professionnel.

les boucles de l'estime de soi

Les 9 clés pour agir sur son estime de soi 

Vous pouvez porter vos efforts sur trois domaines principaux, chacun d’eux étant composé de trois dimensions spécifiques « clés ». Chaque domaine et chaque clé ont leur importance, mais il est possible que tous ne vous concernent pas. 

Il n’existe bien sûr aucune recette miracle pour modifier rapidement  son estime de soi. Voici donc les neuf clés de l’estime de soi : 

Dans le rapport à soi

    1. Se connaître
    2. S’accepter
    3. Être honnête avec soi

Dans le rapport à l’autre

    1. S’affirmer 
    2. Être empathique 
    3. S’appuyer sur le soutien social

Dans le rapport à l’action

    1. Agir
    2. Faire taire le critique intérieur 
    3. Accepter l’échec

Si vous aussi voulez améliorer vos trois piliers de l’estime de soi, contactez-moi ici; nous pouvons travailler ensemble.


Quand on partage un bien immatériel, on le multiplie. (Idriss Aberkane – Libérez votre cerveau)

Pensez à partager cet article avec vos amis sur les réseaux…